Liste complète de ce gouvernement Tebboune : des nominations dignes de l' »absurdistan »

0
967

Allons droit au but. Ne tergiversons pas et soyons francs : le nouveau gouvernement que vient de mettre en place Tebboune est tout bonnement digne des fictions les plus absurdes. Au moment où l’Algérie subit l’une de ses plus graves crises politiques avec ses conséquences désastreuses sur le plan économique et financier, Abdelmadjid Tebboune a composé un gouvernement suivant une potion magique que nul autre décideur politique étranger doté d’un peu de bon sens n’aurait pu appliquer dans son pays : recycler des anciens du régime Bouteflika, les mélanger à des amis et fidèles de l’entourage du Président et noyer le tout dans une soi-disant soupe de « jeunesse ». Le résultat est tout bonnement catastrophique car l’Algérie va se retrouver sous l’égide d’un gouvernement incohérent et dirigé par les mêmes responsables de l’échec des 20 dernières années. 

Pour s’en convaincre, il suffit d’abord de jeter un coup d’oeil sur les personnalités qui sont appelées à diriger les ministères régaliens du gouvernement Djerad, le premier-ministre de Tebboune. Nous retrouvons effectivement  Sabri Boukadoum, un ancien du gouvernement controversé et « illicite » de Bédoui, au ministre des Affaires étrangères, Kamel Beldjoud, encore un rescapé du gouvernement Bedoui, un gouvernement nommé par un certain… Said Bouteflika, au ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, le fameux et célèbre Belkacem Zeghmati, ministre de la Justice, Garde des sceaux, le retour d’Abderahmane Raouya, un ancien cadre du régime Bouteflika et ancien patron des impôts, au ministère des Finances, et enfin Mohamed Arkab, « l’électricien » nommé à l’époque de Bouteflika pour diriger le ministère de l’Energie qui doit gérer seulement le pétrole et le gaz.

Les autres ministères stratégiques comme l’Education nationale, l’Industrie ou la Poste et des Télécommunications, ont été confiés à des personnes inexpérimentées, au parcours très faible. Un choix inconscient et dangereux qui peut compromettre l’avenir de la Nation. N’est pas ministre qui veut ! Mais avec Tebboune, il suffit de faire quelques plateaux de télévision pour nommer Ferhat Ait Ali, ministre de l’Industrie alors que ce monsieur n’a jamais géré une petite PME de sa vie ou écrit le moindre livre sur l’économie nationale. Avec Tebboune, il suffit d’être un simple enseignant pendant quelques années pour être nommé… ministre de l’Education nationale ! C’est du jamais vu. Nous laissons le soin à nos lecteurs et lectrices de découvrir la liste complète de ce gouvernement bizarre et excentrique. Algérie Part reviendra sur ce dossier avec de nouvelles révélations.

 

– Abdelaziz Djerad : Premier ministre.

– Sabri Boukadoum : ministre des Affaires étrangères.

– Kamel Beljoud : ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire.

– Belkacem Zeghmati : ministre de la Justice, garde des Sceaux.

– Abderahmane Raouia : ministre des Finances.

– Mohamed Rekab : ministre de l’Energie.

-Tayeb Zitouni : ministre des Moudjahidine.

-Youcef Belmehdi : ministre des Affaires religieuses et des Wakfs.

-Mohamed Oujaoud : ministre de l’Education nationale.

– Chems Eddine Chitour : ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

– Houam Fréha : ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels.

– Malika Bendouda : ministre de la Culture.

– Brahim Boumzar : ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique.

-Sid Ali Khaldi : ministre de la Jeunesse et des Sports.

– Kaoutar Kikou : ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.

– Ferhat Ait Ali : ministre de l’Industrie.

– Cherif Omari :ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche

-Kamel Nassri : ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville.

– Kamel Rezzig : ministre du Commerce.

– Amar Belhimer : ministre de la Communication.

– Faouk Chiali : ministre des Travaux publics et des Transports.

– Arezki Berraki : ministre des Ressources en eau.

– Hassan Mermouri : ministre du Tourisme et de l’Artisanat.

– Abderahmane Ben Bouzid : ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

-Ahmed Achek : ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.

– Besma Azouar : ministre des Relations avec le Parlement.

-Nacera Benharrat : ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables.

-Sid Ahmed Ferroukhi : ministre de la Pêche.

En outre, conformément à l’article 92 alinéa 6 de la Constitution, Monsieur le Président de la République a également nommé ce jour, Yahia Boukhari secrétaire général du gouvernement.

LEAVE A REPLY