Enquête – Fraudes et corruption : Le gros transfert du football algérien.

0
344

La BBC avait publié une enquête au mois de Septembre 2018 sur le scandale des matchs truqués et des versements de pots-de-vin dans le monde du football algérien. La vidéo de la chaine anglaise expliquait comment la corruption s’était installée à tous les niveaux du football en Algérie.

L’affaire avait éclaté en mai dernier en Moselle, avec l’interpellation de sept personnes dans le cadre d’une enquête sur des paris suspects pris en France et liés à une rencontre de Ligue 1 algérienne et qui s’est partiellement conclue avec la mise en examen et le placement sous contrôle judiciaire de deux personnes, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Nancy pour des faits d’« escroquerie en bande organisée » et confiée à la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) locale.

Le 16 décembre 2019, une nouvelle vague d’arrestations s’est opérée en France et a concerné quatre employés de la société de jeux en ligne Winamax, vite placés en garde à vue et interrogés par les enquêteurs du Service Central des Courses et Jeux (SCCJ), service rattaché à la direction centrale de la police judiciaire.

Les soupçons des enquêteurs portent sur des paris suspects placés sur un match de Ligue 1 algérienne lors de l’avant-dernier jour de la saison 2017-18, opposant le Difaâ Riadhi Baladiyat Tadjenanet à l’Espérance Sportive de Sétif, le 12 mai 2018 au stade Lahoua Smail de la ville de Tadjenanet dans la wilaya de Mila.

Le match en question, dans lequel trois penaltys ont été sifflés, avait été suspecté d’être truqué alors que de fortes présomptions de corruption entourait certains responsables du football algérien.

Pour rappel, le DRB Tadjenanet, risquant d’être relégué durant cette saison, avait gagné 3-2 contre le détenteur du titre, Sétif, qui a fini 8ème du tableau et n’avait pas grand-chose à perdre à ce stade avancé de la saison.

Si cette victoire a permis au DRB Tadjenanet de survivre, il n’en demeure pas moins que le club est encore cette saison 2018 – 2019 bon dernier du championnat national algérien après 30 matchs joués…

Sept personnes avaient déjà été arrêtées dans l’est de la France en mai, dont deux avaient été inculpés de « complot criminel » et de « tentative de fraude » en rapport avec les paris qu’ils avaient placés sur cette partie.

C’est l’Autorité de régulation des jeux en ligne française (ARJEL), dont la mission est de mettre en place des moyens de régulation, d’information et de contrôle pour protéger les joueurs, prévenir de l’addiction au jeu et lutter contre la fraude, qui avait détecté des schémas de paris très inhabituels à la veille de ce match, et de grosses sommes d’argent avaient été misées sur une victoire 3-2 pour DRB Tadjenanet !

Les salariés de Winamax auraient normalement dû contacter immédiatement l’ARJEL, comme cela doit se faire après avoir suspecté une anomalie. En fait, ces mêmes employés ont profité de cette information pour miser à leur tour de petites sommes sur des sites concurrents…

Les paris avaient été placés principalement dans la région Lorraine et principalement depuis la région de Metz, sur des sites de paris en ligne, dont Winamax, PokerStars, Betclic et PMU, avec des côtes comprises entre 30 et 40 contre 1, signifiant qu’une mise de 1 euros pouvait rapporter 30 à 40 euros en retour.

« Ce qui a retenu [notre] attention, c’est le nombre de paris, mais aussi leur montant », « Un joueur français avait misé 1 000 €, ce qui aurait dû lui rapporter 40 000 € » avait alors déclaré le procureur adjoint de Nancy, Vincent Légaut.

Il est alors certain que l’information a  »fuité » aux employés de Winamax avant même le match, et la victoire 3-2 pour le DRB Tadjenanet…

Si le Royaume Uni a pu faire émerger le scandale de la corruption dans le football algérien, et qu’une enquête en France vient confirmer un large trafic lié à des paris basés sur un délit d’initié portant sur des clubs algériens, tout en mettant en cause un réseau de fraudeurs liés à des employés d’une société de jeux d’argent, il reste préoccupant que ce scandale en Algérie n’ait pas été pris avec le même sérieux par les autorités algériennes et que le mal qui gangrène l’ensemble du football algérien, serve aujourd’hui de terreau à des actes criminels au-delà même de nos frontières…

Siège de la FAF à Dély Brahim – Alger photo lyes H

La Fédération Algérienne de Football (FAF) avait annoncé qu’elle collaborait pleinement dans ce dossier avec le Département Intégrité de la FIFA en fournissant toutes les informations et données nécessaires y afférentes.

 » L’une des priorités de l’équipe de direction est de nettoyer le football  » avait déclaré Kheireddine Zetchi, Président de la Fédération algérienne de football.

Kheireddine Zetchi Président de la FAF

A la même époque le journal français L’Équipe avait pourtant précisé que “les enquêteurs français n’ont pas pu bénéficier de l’entraide des autorités algériennes dans le cadre de leurs investigations”

Et rien n’a vraiment changé dans le paysage footballistique algérien, malgré les dénonciations du président du MOB qui n’a pas hésité à remettre en cause certains résultats lors de la dernière journée du championnat 2018 2019 et qui a vu par exemple une victoire surprenante de l’USMBA à Bologhine contre le PAC, ou celle de l’entraîneur-adjoint de l’Olympique Médéa Kamel Harkabi accusant le président de la FAF Kheireddine Zetchi de corruption.

Et le problème n’est pas nouveau, en 2014 l’arbitre algérien Mounir Bitam avait nommément accusé Mahfoud Kerbadj, le président de la Ligue de football professionnel nationale, d’avoir tenté d’influencer ses décisions sur certains matches.

Mounir Bitam Arbitre algérien

En avril 2019, Abdelbasset Zaïm, président d’alors de l’USM Annaba, avait affirmé sur la chaîne El-Heddaf TV avoir déboursé 7 milliards de centimes pour acheter des matchs lors de la saison 2017-2018.

Chérif Mellal, le président de la JS Kabylie, avait quant à lui accusé les anciens dirigeants de l’USM Alger d’avoir agi pour manipuler directement les responsables du processus de désignation des arbitres, et il va même aller plus loin en déclarant avoir été approché par le club de Constantine et a versé aux Constantinois une prime de motivation, pour que ceux-ci battent l’USM Alger, à la lutte avec la JSK dans la course au titre de champion d’Algérie…

Et cela ne changera probablement pas tant cela arrange les politiques, les dirigeants et toutes les instances sportives. D’ailleurs il n’y a qu’à demander combien de dossiers la nouvelle commission d’éthique et de fair-play a déjà transmis à la justice. La réponse est zéro !

Amir Youness

LEAVE A REPLY