45e Vendredi : le Hirak en force, Tebboune terriblement rejeté et désavoué

0
426

« Nous n’avons pas voté, nous n’avons pas de Président ». Tel a été le cri de plusieurs millions d’Algériens qui sont sortis manifester massivement ce vendredi à l’occasion du 45e acte du Hirak, le mouvement populaire algérien qui réclame la démocratisation du pays. De la capitale Alger en passant par Oran, Tizi-Ouzou, Béjaia, Biskra, El-Oued ou Sétif ainsi que Tlemcen ou Bordj Bou Arreridj, toutes les grandes villes du pays ont été secouées ce vendredi par des manifestations grandioses brandissant des slogans appelant au départ du pouvoir algérien, rejetant le mandat présidentiel de Tebboune et réclamant la libération de tous les détenus du Hirak. 

Si le plus grand gagnant de ce 45e vendredi est le peuple algérien qui resserre ses rangs et dépasse ses divisions à la suite du décès d’Ahmed Gaid Salah, le défunt Chef d’Etat-Major de l’ANP, le plus grand perdant est certainement Abdelmadjid Tebboune, le nouveau Président que les foules rejette et refusent de reconnaître. Un président sans aucune légitimité populaire, cette mauvaise image colle à la peau de Tebboune et risque de compliquer très dangereusement sa gestion des affaires du pays. Ce discrédit intervient au moment où des tensions internationales éclatent aux frontières du pays. Un Tebboune affaibli et rejeté à l’intérieur de son propre pays, comment peut-il s’asseoir sur la même table que les autres présidents des Grandes Nations qui sont impliquées dans le problème libyen ?

A ce sujet, nous vous invitons à consulter l’émission spéciale consacrée par notre rédacteur en chef aux dangereuses conséquences de la guerre en  Libye sur l’Algérie :

 

Le rejet de Tebboune par le peuple algérien suscite une situation inédite et très complexe. Face aux défis extérieurs et tensions régionales auxquelles est confrontée l’Algérie, le pouvoir algérien risque de se présenter sur l’échiquier international sous le costume d’une autorité illégitime, contestée de l’intérieur et incapable de dépasser ses propres clivages internes. Des ingrédients dangereux qui feront de l’Algérie une proie facile pour les puissances mondiales qui convoitent les richesses et potentialités de l’Afrique du Nord. C’est pour toutes ces raisons que ce 45e vendredi est différent, très différent des autres vendredis précédents. C’est un nouveau virage politique pour l’Algérie et la suite promet de nouveaux rebondissements.

 

 

LEAVE A REPLY