Les algériens sont mal payés, très mal payés.  Et c’est les chiffres officiels communiqués par une instance étatique algérienne qui le confirme. En effet, l’Office national des statistiques (ONS) a révélé ce dimanche que le salaire net mensuel moyen en Algérie a été estimé à 41.000 DA en 2018 contre 40.325 DA en 2017, soit 309 euros. En dépit d’une hausse médiocre de 1,6% par rapport à l’année 2018, le salaire net moyen des Algériens demeure parmi les plus faibles dans le monde et témoigne du sous-développement économique qui paralyse totalement l’Algérie. 

En effet, malgré ses richesses illimitées et ses potentiels humains extraordinaires, l’Algérie fait à peine mieux que la Tunisie et le Maroc. Chez nos voisins tunisiens et marocains dépourvus de toutes richesses naturelles stratégiques et d’atouts économiques majeurs, le salaire moyen varie entre 289 euros et 308 euros. Quant aux pays développés, l’Algérie ne fait pas le poids et le salaire moyen des Algériens représentent à peine 10 % des salaires des citoyens de certains pays européens.

A titre d’exemple, le salaire mensuel moyen en Suisse dépasse les 6700 dollars, en Norvège, un pas pétrolier comme l’Algérie, le salaire moyen dépasse les 6800 dollars.  Même par rapport à certains pays arabes, le salaire mensuel moyen des Algéries fait pâlir de honte. Aux émirats, le salaire mensuel moyen est de 3300 dollars et en Arabie Saoudite, il atteint les 1800 dollars. De nombreux pays qui étaient naguère pauvres et sous-développés en raison de leurs graves problématiques ont réussi leur décollage économique et offrent à leurs citoyens un salaire moyen dépassant les 1000 dollars par mois comme la Hongrie en Europe de l’est ou le Chili en Amérique latine où le salaire mensuel moyen dépasse les 1100 dollars.

Même en Afrique, le continent qui suscite les railleries des Algériens, le salaire moyen mensuel est plus élevé dans plusieurs pays par rapport à l’Algérie. Au Botswana, les travailleurs touchent en moyenne et chaque mois plus de 560 dollars, et en Guinée Equatoriale plus de 590 dollars.

En Iran, malgré l’embargo et les sanctions américaines ou occidentales, les menaces de guerre et les tensions géopolitiques, les salariés iraniens touchent par mois plus de 450 dollars.

C’est dire enfin que le sous-développement économique de l’Algérie est une véritable tare qui compromet l’avenir du pays. Rappelons juste que le salaire des Algériens est composé du salaire brut diminué des différentes retenues (IRG, sécurité sociale et retraite).

Par secteur juridique, le salaire moyen mensuel net a été de l’ordre de 57.300 DA dans le secteur public et de 33.400 DA dans le secteur privé national en 2018, soit une différence de 23.900 DA, indiquent les résultats dune enquête annuelle sur les salaires réalisée par l`ONS en mai 2018. Une enquête qui a été menée auprès de 748 entreprises composées de 512 sociétés publiques et de 236 sociétés privées nationales de 20 salariés et plus, représentant toutes les activités hormis l’agriculture et l’administration.

« Cette disparités salariale entre les deux secteurs public et privé sont dues, en partie, à l’existence de certaines entreprises publiques importantes en termes d’effectifs avec un système de rémunération avantageux », a indiqué à ce sujet en dernier lieu l’Office National des statistiques.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE