Un décret présidentiel pour gracier certains détenus du Hirak, mais sans concerner les porteurs du drapeau amazigh

0
672

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune,  prépare bel et bien un décret présidentiel pour gracier de nombreux détenus d’opinion du Hirak, a-t-on confirmé auprès de plusieurs sources concordantes. Ceci dit, cette grâce présidentielle ne sera pas étendue aux manifestants incarcérés pour le port du drapeau berbère. Cette grâce présidentielle ne s’appliquera pas également aux personnalités politiques les plus populaires du Hirak, et les plus véhémentes à l’égard de l’institution militaire, à l’image de Karim Tabbou, Lakhdar Bouregaa ou Fodil Boumala. 

En clair, les détenus politiques ne sortiront pas encore de leurs cellules de prison. En tout cas, leur libération n’est pas prévue dans un premier temps. Le projet de la grâce présidentielle ne devra concerner dans une première étape que les détenus d’opinion incarcérés en marge des manifestations populaires des vendredis du Hirak algérien. Des détenus dont le casier judiciaire doit être vide et vierge. C’est la seule condition qui sera exigée par le futur projet de loi consistant à libérer une bonne partie des plus de 200 manifestants pacifiques emprisonnés à travers le pays.

La libération des détenus politiques n’est pas encore prévue à l’heure actuelle, signalent nos sources. Elle n’interviendra qu’à la suite d’un processus de dialogue politique dont les modalités ne sont pas encore connues ou déterminées. Selon nos sources, ce projet de grâce présidentielle devra être concrétisé et annoncée au début du mois de janvier 2020.

LEAVE A REPLY