Il risque de partir après les élections législatives ou le 5 juillet prochain : l’armée face à la délicate équation du départ de Gaid Salah

0
611

Après la « désignation » d’un Président de la République pour combler l’abyssal vide politique au plus haut sommet de l’Etat, le pouvoir algérien devra relever un nouveau défi : préparer le départ de Gaid Salah et lui trouver un successeur dans la sérénité. Plusieurs sources très bien introduites au sein du sérail algérien ont assuré à Algérie Part que le puissant chef d’Etat-Major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah, est en train de préparer son départ dans le sillage de l’élection d’un nouveau Président de la République. 

Après avoir été l’homme fort du pays pendant près d’une année, l’année la plus difficile et la plus complexée de l’histoire contemporaine en Algérie, Gaid Salah réfléchit à quitter ses fonctions pour profiter d’une retraite tranquille. C’est du moins ce que nous assurent plusieurs sources concordantes d’après lesquelles Ahmed Gaid Salah serait fatigué, épuisé et sentirait, désormais, la nécessité de transmettre le flambeau. « Ahmed Gaid SALAH n’est pas un assoiffé du pouvoir. Les lourdes responsabilités qui ont pesé sur ses épaules ont énormément affaibli son état de santé. Il veut vraiment partir et laisser la place aux autres après avoir accompli son objectif, à savoir conduire l’Algérie jusqu’à l’élection d’un Président de la République », a confié à Algérie Part une source bien placée au ministère de la Défense Nationale.

Mais si le départ de Gaid Salah est acté ou programmé, dans quelles circonstances va-t-il intervenir ? Pour le moment, aucune feuille de route claire n’a été établie à ce sujet. Et les réponses de toutes les sources proches du cercle restreint entourant Gaid Salah demeurent opaques. Certaines sources assurent qu’un plan de départ de Gaid Salah sera concrétisé après les élections législatives anticipées que veut organiser le pouvoir algérien et Tebboune au printemps 2020 à la suite de la dissolution de l’actuel parlement hérité du régime Bouteflika. D’autres sources évoquent une grande cérémonie d’hommage le 5 juillet 2020 au « soldat Gaid Salah » au cours de laquelle le chef d’Etat-Major de l’ANP va annoncer officiellement son départ dans un discours militaire historique.

Pour le moment, il demeure difficile de confirmer ou d’infirmer l’une de ces deux versions. Cependant, le départ de Gaid Salah et sa succession demeurent un énorme défi pour l’armée algérienne et cette équation engage l’avenir proche de l’Algérie. Le choix du bon moment et du bon successeur apportera de nombreuses réponses aux revendications clamées par le Hirak depuis le 22 février dernier. Et quel rapport de force entretiendra le futur chef d’Etat-Major avec le Président Tebboune ? Abdelmadjid Tebboune sera-t-il associé au choix du futur successeur de Gaid Salah ? Utilisera-t-il ses prérogatives de Président de la République pour peser sur ce processus stratégique au sein de l’armée algérienne ? Les réponses à ces questions dessineront le visage de cette nouvelle Algérie qui est en train de se mettre en place.

LEAVE A REPLY