Exclusif. Un magistrat instructeur réclame l’audition et l’inculpation de Bedoui dans l’affaire Tahkout

0
923

Quelques heures après la démission officielle présentée par le Premier-ministre, Nourredine Bedoui, un magistrat instructeur de la Cour Suprême a réclamé son audition pour trancher définitivement sur son inculpation dans le dossier de l’homme d’affaires et oligarque Mahieddine Tahkout, propriétaire notamment de l’usine de montage des véhicules neufs de la marque Hyundai à Tiaret. 

Selon nos sources, ce magistrat instructeur dont nous allons taire le nom pour respecter la confidentialité de la procédure judiciaire veut entendre et interroger Nourredine Bedoui à propos de plusieurs décisions qu’il avait adoptées entre 2017 et 2018 en faveur du milliardaire Mahieddine Tahkout qui cherchait à vendre ses véhicules assemblés dans son usine à Tiaret aux administratifs publiques du ministère de l’Intérieur.

Il faut savoir que Nourredine Bedoui, l’ex-ministre de l’Intérieur, et Premier-ministre démissionnaire, a beaucoup fait pour accorder des avantages et privilèges onéreux ayant permis l’enrichissement du milliardaire Mahieddine Tahkout. Tous les Algériens se souviennent du scandale qui avait éclaté en octobre 2018 où Bedoui avait adressé une directive aux 48 walis pour instruire les P/APC de passer commande chez Cima Motors, l’une des entreprises de la famille Tahkout.

Il s’agit bel et bien d’une passation de marchés douteux. Et pour cause, un contrat-cadre a été conclu, en novembre 2018, entre le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et le concessionnaire automobile Cima Motors propriété de Mahieddine Tahkout (propriétaire de l’usine Tahkout Manufacturing Company de Tiaret), pour l’acquisition de 1 541 Creta GL de la marque coréenne Hyundai pour le compte des services d’hygiène et de la santé de toutes les Assemblées populaires communales (APC) en recourant au Fonds de garantie et de solidarité des collectivités locales (FGSCL).

Ce marché avait rapporté plus de 500 milliards de centimes à Tahkout. Un cadeau en or offert par son ami Nourredine Bedoui qui n’a jamais justifié le bien-fondé de ce marché car en quoi les services d’hygiène d’une APC ont besoin d’un véhicule comme Creta ? Et pourquoi accorder tout le marché uniquement à Tahkout ? Bedoui n’a jamais été inquiété pour répondre à ces questions. Et pourtant, nous sommes face à des pratiques de malversations financières et des soupçons de corruption.

Aujourd’hui, après avoir démission de ses fonctions, la Cour Suprême pourra-t-elle enfin s’attaquer à Nourredine Bedoui ? Ou l’ex-premier impopulaire va-t-il jouir encore de l’impunité ?

 

LEAVE A REPLY