Tebboune Président : promettre, c’est bien ! Mais agir, c’est mieux

0
363

Abdelmadjid Tebboune a été officiellement installé dans ses fonctions de Président de la République. Et dés son premier discours présidentiel, l’homme a promis monts et merveilles aux Algériens. Des promesses d’un lendemain enchanteur qui visent à redonner de l’espoir à des Algériens désenchantés et désabusés après près d’une année d’un Hirak flamboyant et, surtout, une répression harassante. 

Les promesses sont effectivement belles.  Abdelmadjid Tebboune a réaffirmé jeudi après sa prestation de serment, qu’il œuvrerait à réaliser tous les engagements qu’il avait pris devant le peuple algérien, réitérant son attachement à la redynamisation et au renforcement de l’économie nationale.

M.Tebboune a mis l’accent sur l’impérative réforme du système fiscal à même de réaliser le décollage économique. « Nous procéderons à une réforme profonde du système fiscal (…) et veillerons à l’établissement d’incitations fiscales à même de garantir la relance de l’économie nationale, notamment du tissu des start-up et des petites et moyennes entreprises (PME) », a-t-il soutenu.

« Nous œuvrerons à l’allègement des charges fiscales des entreprises publiques et privées, à travers la mise en place de mécanismes spécifiques pour atteindre cet objectif et veillerons également au renforcement de l’économie de savoir créatrice de richesses et de postes d’emploi ».

Le président de la République a estimé nécessaire d’établir un lien entre l’université et le monde de l’économie pour une exploitation optimale et efficiente de la Recherche scientifique dans le développement économique, soulignant l’attachement de l’Etat au renforcement du secteur de l’énergie et au développement de ses investissements, notamment dans le domaine des énergies renouvelables.

« Nous nous emploierons à l’encouragement du secteur de l’énergie notamment les énergies renouvelables et propres (…), comme il est impératif de renforcer notre présence énergétique dans les continents asiatique et européen, outre le confortement de nos exportations énergétiques en particulier en énergies renouvelables », a encore souligné M. Tebboune.

Au volet social, le Président de la République a affirmé que l’Etat œuvrerait sans relâche à la promotion de la qualité de vie du citoyen et à soutenir son pouvoir d’achat notamment la classe moyenne et les catégories précaires.

Il a évoqué, à ce propos, « l’annulation de l’imposition des catégories à faible revenu », qui constitue l’un des 54 engagements pris devant le peuple algérien et qu’il a promis de réaliser lors de son mandat présidentiel.

Outre l’économie et la création de richesses, Tebboune a abordé plusieurs autres domaines stratégiques comme l’Education, la politique internationale et étrangère, le sport, etc.  Pour chaque secteur, Tebboune a fait des promesses,  pris des engagements. Les mots sont, certes, éloquents. Mais l’Algérie a-t-elle besoin seulement de nouveaux beaux discours ? Non, loin s’en faut. L’Algérie a besoin d’un Président qui agit. Tebboune devra passer à l’action dans les plus brefs délais car les défis qui l’attendent sont immenses.

Le jour même de son investiture, des activistes du Hirak ont été condamnées à la prison ferme par divers tribunaux à travers le pays. Le jour même de son investiture, des Algériens sont livrés à eux-mêmes pour chercher un revenu minimum qui leur garantit à peine de quoi vivre. Les mots de Tebboune sonnent donc faux comme des jetons, mais l’homme entame à peine sa mission. Il dispose encore de quelques jours pour convaincre. Et s’il veut entrer dans l’histoire, il doit rapidement regarder du côté du Hirak car l’Algérie a besoin de conjuguer le verbe agir parce qu’elle en a marre du verbe promettre.

LEAVE A REPLY