Confidentiel. La Cour Suprême ouvre le gros dossier d’Air Algérie et convoque pour la semaine prochaine son ancien PDG Bouderbala

0
623

La Cour Suprême s’attaque au très lourd et sulfureux dossier d’Air Algérie, a-t-on appris de sources sûres. La Cour Suprême a même adressé une convocation à l’ancien PDG d’Air Algérie entre 2015 et 2017, Mohamed Abdou Bouderbala.  Cet ex-haut responsable d’Air Algérie sera interrogé par les juges de la Cour Suprême à propos des affaires de l’affrètement des avions étrangers lors des saisons estivales de 2015,2016 et 2017. 

Les services de sécurité et la justice algérienne planchent sur ce dossier très épineux où ils soupçonnent des détournements de deniers publics. En effet, Air Algérie a dépensé près de 80 millions d’euros pour affréter des avions à l’étranger entre 2014 et 2017. Un budget colossal qui soulève de nombreux soupçons de corruption surtout lorsqu’on sait que ses avions n’ont pas été exploités comme il se doit alors qu’Air Algérie payait 8000 euros par heure pour s’attacher les services de ses avions étrangers et leur équipage.

Les enquêtes diligentés par les services de sécurité ont abouti à la découverte de plusieurs pratiques occultes et de privilèges très douteux à l’image de ce voyage à Seattle aux Etats-Unis où une très forte délégation algérienne s’est déplacée au siège de Boeing. Ce voyage s’est soldé par une addition finale de pas moins de…100 mille dollars en 2016 !

Des budgets considérables, des frais mirobolants, un train de vie des hauts responsables qui ne colle guère avec les mauvaises performances économiques d’Air Algérie et de ses déficits successifs, bref, la Cour Suprême s’est fixée pour objectif d’approfondir ses investigations pour démêler l’écheveau complexe d’Air Algérie.

LEAVE A REPLY