Exclusif. Les 4 PV d’audition de Khaled Tebboune impliquent directement le nouveau Président de la République : les questions auxquelles doit répondre en urgence Tebboune

0
1497

C’est une affaire que la justice algérienne risque bel et bien d’étouffer dans la discrétion la mieux préservée dans les jours, voire semaines à venir. Et pour cause, elle implique directement le nouveau Président de la République. Il faut savoir que le fils du nouveau Chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, Khaled Tebboune, placé en détention provisoire à la prison d’El-Harrach depuis le 20 juin 2018, a été auditionné à 4 reprises par l’ancien juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed en charge du dossier du scandale de la cocaine, Sid Ahmed Samaoune, le magistrat qui a été sanctionné et dégradé puis renvoyé vers le tribunal de Médéa lors du récent mouvement opéré dans le corps de la justice. 

Et dans ces 4 PV d’audition, Khaled Tebboune a été longuement interrogé à propos de ses liens avec l’oligarque et milliardaire controversé Kamel Chikhi, le Boucher, le principal suspect dans le scandale de la cocaîne du port d’Oran. Né le 07/10/1984 à Tiaret, Khaled Tebboune est accusé par la justice algérienne d’avoir intervenu à maintes reprises auprès de l’administration foncière pour débloquer des projets immobiliers financés par le milliardaire Kamel le Boucher. D’ailleurs, l’un des hauts responsables de l’administration foncière, le conservateur foncier de la commune de Ben Aknoun, Kamel Bouraba, a été arrêté et placé sous mandat de dépôt dans le cadre de cette affaire qui a éclaté à la suite de la chute de Kamel Chikhi.

Dans ces auditions, les enquêteurs de la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale ont récupéré les images des caméras de surveillance qui montrent les va-et-vient de Khaled Tebboune dans le bureau de Kamel Chikhi. Pis encore, les enquêtes de la brigade de recherches de Bab Jedid accablent tout particulièrement Khaled Tebboune puisqu’elles ont démontré que le fils de l’actuel Président de la République a touché des pots-de-vin reçu des cadeaux prestigieux comme un luxueux 4X4 en 2017 lorsque le père de Khaled Tebboune, Abdelmadjid Tebboune, était le premier responsable de la délivrance des licences d’importation aux importateurs algériens.

Lors de son interrogatoire par la justice comme par la gendarmerie nationale, Kamel Chikhi a reconnu qu’il recourait régulièrement aux services de Khaled Tebboune pour accéder à des marchés publics ou résoudre ses problèmes avec l’administration algérienne. Dans les 4 PV d’audition qui ont été établis par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed, Khaled Tebboune est clairement accusé d’avoir abusé et utilisé les fonctions de son père ministre de l’Habitat et ensuite Premier-ministre en été 2017 pour octroyer des privilèges illicites au milliardaire Kamel Chikhi.

Clairement, le nom de l’actuel Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est cité noir sur blanc dans les PV d’audition de son fils que la justice algérienne accuse d’avoir fait des affaires grâce aux relations et réseaux de son père, l’un des plus puissants dirigeants politiques de l’ère Bouteflika.  Les accusations sont graves et discréditent totalement la personnalité du nouveau Chef de l’Etat.

Mais face à ce dossier très sulfureux, Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé une seule fois et c’était le 26 septembre dernier lorsqu’il avait retiré les formulaires de candidature aux élections présidentielles du 12 décembre. Ce jour-là, Abdelmadjid Tebboune avait dit que le pouvoir algérien s’est vengé contre lui allant jusqu’à mettre son fils en prison parce qu’il avait osé en été 2017 combattre les forces de l’argent qui noyautaient l’Etat algérien. Disait-il la vérité ou avait-il inventé un subterfuge pour défendre son intégrité morale ? Seul un travail sérieux et indépendant de la justice algérienne pourrait nous fournir la réponse. Sauf si le nouveau Président de la République passe aux aveux et nous raconte les dessous de ce dossier troublant.

LEAVE A REPLY