La défaite terrible d’Azzedine Mihoubi lors des élections présidentielles du 12 décembre prochain a totalement chamboulé les rapports de force et la configuration politique interne au sein du RND, le deuxième plus gros partis politique en Algérie. A la suite de la désillusion du 12 décembre dernier, des cercles s’organisent au sein du RND pour préparer le limogeage d’Azzedine Mihoubi et le remplacement de tout son staff. 

Une véritable fronde est sur le point de voir le jour au sein du RND. Belabes Belabes, l’ancien chef du groupe parlementaire du parti et député de Djelfa, et plusieurs autres dirigeants et figures du RND se préparent à lancer le processus de destitution d’Azzedine Mihoubi afin de l’écarter de la direction du parti pour procéder ensuite à son remplacement. Le nom de son remplaçant n’est pas encore connu, mais les manoeuvres se poursuivent dans les coulisses et certains préfèrent même le retour du controversé Seddik Chihab, l’ex porte-parole officiel du RND. Mais ce dernier demeure une personnalité honnie par les Algériens et ne risque pas de gagner les faveurs des frondeurs.

En attendant, ces frondeurs veulent sanctionner Mohamed Fadene pour sa gestion chaotique de la campagne électorale et réclame des comptes et des bilans financiers concernant les frais et dépenses occasionnés par la campagne de Mihoubi. Une totale opacité entoure cette question et beaucoup d’argent a été investi dans une campagne présidentielle qui se termine par une catastrophe électorale des plus humiliantes. Selon nos sources, au moins 33 milliards de centimes sont sortis des caisses du RND pour financer la campagne des présidentielles de Mihoubi. A cet argent, il faudra ajouter plusieurs milliards de centimes « offerts » dans des conditions troublantes par des oligarques et hommes d’affaires très douteux.

Sur ce plan, les frondeurs en veulent particulièrement à Abdellah Bousebaâ, le cosignataire et co-responsable des affaires financières du RND avec Azzedine Mihoubi. La situation est ainsi explosive au sein du RND et les jours à venir promettent de réserver des surprises à un Mihoubi plus que jamais désavoué et critiqué par ses propres partisans.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE