Le Fils de Sellal risque 8 ans de prison ferme, Ahmed Mazouz, Ali Haddad et Bairi 10 ans de prison ferme

0
472

Le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed ne s’est pas du tout montré tendre avec de nombreux prévenus et accusés dans le méga-procès pour corruption qui implique de nombreux dirigeants politiques et richissimes hommes d’affaires. 

Ainsi, dans son réquisitoire, le Procureur de la République a requis dix ans de prison ferme  à l’encontre des hommes d’affaires accusés d’avoir bénéficié de privilèges illicites pour l’installation d’usine de montage de véhicules, à savoir Ahmed Mazouz, Hassan Larbaoui et Bairi Ahmed. L’ex-PDG de la Banque Nationale d’Algérie (BNA) Aboud Achour risque lui-aussi 10 ans de prison ferme pour avoir octroyé des crédits mirobolants à ces oligarques de l’ère Abdelaziz Bouteflika.

La même peine est demandée pour l’ancien directeur de campagne de Bouteflika, Abdelghani Zaâlane, Ali Haddad ainsi que l’ancien wali de Boumerdès Yamina Zerhouni.

Enfin, huit ans fermes et un million de dinars d’amende ont été requis contre les cadres du ministère de l’Industrie poursuivis. Quant à Fares Sellal, le fils de l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, le procureur de la République a demandé à son encontre 8 ans de prison ferme et 3 millions de dinars d’amende.

 

LEAVE A REPLY