Exclusif. Le colonel Zaghdoudi de Bab Jedid et 11 autres officiers de la gendarmerie en prison… sauf l’intouchable Ghali Belkecir

0
1246

Pas moins de 12 officiers supérieurs de la gendarmerie nationale, l’un des corps militaires les plus stratégiques en Algérie, sont placés en détention à la prison militaire de Blida. Mais aucun procès n’a été encore organisé par la justice militaire pour élucider les faits de corruption qui leur sont reprochés et établir la vérité sur les affaires dans lesquelles ils sont impliqués. Pis encore, le chef de tous ses officiers au moment de leur arrestation et inculpation, à savoir le général Ghali Belkecir, l’ancien commandant de la gendarmerie nationale, n’a toujours pas été inquiété par la justice militaire et semble jouir d’une « impunité » qui défraie la chronique. 

Et pourtant, c’est cet homme-là qui est le principal cerveau de toutes les affaires troublantes qui ont ébranlé la gendarmerie nationale et son haut commandement. A titre d’exemple, le colonel Mourad Zaghdoudi, l’ex-premier responsable de la brigade de recherches de Bab Jedid, l’unité d’élite de la gendarmerie nationale, était le bras droit du général Ghali Belkecir. Rien, absolument rien n’était effectué par le colonel Mourad Zaghdoudi sans le consentement et les instruction du général Ghali Belkecir.

Au mois d’avril dernier, ce colonel avait dangereusement dérapé lorsqu’il avait auditionné Rebrab, l’homme le plus riche du pays. Ce dernier avait été interrogé également par une commission d’enquêteurs au niveau du département des services de renseignements à Dely Ibrahim. Le P.V d’audition a été totalement « détourné » par ce colonel véreux qui aurait tenté de protéger certaines personnalités ciblées par les enquêtes sur des faits de corruption.

Ces enquêtes ont été relancées suivant un nouveau mode d’organisation au moment où le colonel Mourad Zaghdoudi avait été placé en détention provisoire par le tribunal militaire de Blida à partir du 21 avril dernier. C’est à ce moment qu’un véritable coup d’accélérateur a été donné aux auditions et arrestations de Rebrab et les frères Kouninef. Les failles des premières investigations ont été comblées et les enquêteurs de la brigade de recherches ont subi un énorme pressing pour rendre leurs conclusions et transférer enfin leurs dossiers vers le parquet du tribunal d’Abane Ramdane de Sidi M’hamed à Alger-centre. Le colonel Mourad Zaghoudi tentait de protéger certains oligarques qui l’entretenait généreusement lui et son supérieur hiérarchique, le général Ghali Belkecir.

Mais si le colonel Mourad Zaghdoudi est en prison, Ghali Belkecir jouit toujours de sa liberté et du confort de sa retraite. Et pourtant, les enquêtes de la justice militaire feront  tomber 11 autres colonels, lieutenants-colonels ou commandants qui ont servi directement sous les ordres de Ghali Belkcir dans des affaires de corruption, de pots-de-vin ou de trafic d’influence. L’ex-patron de la gendarmerie nationale, Ghali Belkecir, est donc protégé en « haut lieu ». Et cette situation porte un énorme préjudice à la crédibilité de l’armée.

LEAVE A REPLY