Exclusif. Les juges qui ont placé en détention Karim Tabbou dégradés et mutés

0
985

Triste fin pour les juges impliqués dans le placement en détention provisoire de l’opposant Karim Tabbou. Les deux juges qui ont signé et adopté son placement sous mandat de dépôt ont été dégradés et mutés vers des tribunaux des wilayas de l’intérieur du pays. 

En effet, nous avons découvert au cours de nos investigations que le juge d’instruction près du tribunal de Koléa qui a placé en détention provisoire Karim Tabbou le 12 septembre à la suite de son inculpation pour « atteinte au moral de l’armée », a été dégradé de ses fonctions et muté vers le tribunal de Relizane où il a été nommé en tant que « juge de siège », un poste nettement inférieur à celui qu’il occupait au tribunal de Koléa.

Par ailleurs, le deuxième juge d’instruction qui avait ordonné l’arrestation et ensuite un nouveau placement sous mandat de dépôt a connu lui aussi une déchéance similaire. Il s’agit effectivement du juge d’instruction près du tribunal de Sidi M’hamed à Alger, à savoir Mohamed Chaâ, qui a été, quant à lui, dégradé et muté vers le tribunal de Chlef où il ne sera que juge de siège. Le ministère de la Justice s’est « débarrassé » également d’un autre juge mêlée à une autre embarrassante. Il s’agit du juge d’instruction Ourab Brahim, à savoir le magistrat qui a ordonné l’emprisonnement provisoire de l’opposant Ali Ghediri. Ce magistrat a été dégradé de ses fonctions et muté vers le tribunal de Tiaret. Le pouvoir algérien largue ainsi comme une vieille chaussette ses serviteurs les plus zélés.

LEAVE A REPLY