Faycal Bendaas, l’ex-procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’hamed (Alger), a eu la peur de sa vie lorsqu’il avait été muté vers le tribunal de Béjaia dans le sillage du récent mouvement annuel opéré dans le corps de la justice le 24 octobre dernier. Et pour cause, ce procureur est à l’origine de l’incarcération de plusieurs manifestants du Hirak pour port du drapeau amazigh. 

Se retrouver ainsi au sein même d’un tribunal stratégique au coeur de la Kabylie était un véritable cauchemar pour Faycal Bendaas qui avait énormément peur de l’accueil hostile et très tendu que lui réservait des avocats engagés en faveur du hirak et les membres de la société civile à Béjaia.

Faycal Bendaas a violemment manifesté son désarroi avec son affectation en refusant de quitter son bureau, au tribunal de Sidi M’hamed, au profit de son successeur. Cependant, grâce à ses interventions successives auprès du ministère de la justice, Faycal Bendaas a pu changer sa mutation pour atterrir de nouveau au tribunal de Bordj Bou Arreridj, un tribunal qu’il connaît très bien et où il avait occupé auparavant des fonctions importantes avant d’être promu au tribunal de Sidi M’hamed, la juridiction la plus importante en Algérie.

Faycal Bendaas s’en sort ainsi « miraculeusement » et évite de se retrouver à Béjaia, l’un des foyers les plus politisés et engagés en faveur de la cause du Hirak en Kabylie, après avoir fait aboutir sa demande de recours par la force de l’insistance de ses coups de téléphone…

LAISSER UN COMMENTAIRE