Exclusif. Gaid Salah, Abderrazak Chérif et Abdelghani Hamel : l’histoire secrète d’une réconciliation qui a tourné au cauchemar

0
568

Le mercredi 13 novembre dernier, le général-major Abderrazak Chérif a été condamné à 15 ans de prison ferme par le tribunal militaire de Blida pour«enrichissement illicite», «trafic d’influence» et «infraction aux consignes de l’armée». Ce verdict a choqué de nombreux observateurs et connaisseurs de l’institution militaire en Algérie. Beaucoup d’entre-eux  s’attendaient à une certaine clémence de la justice militaire à l’égard  l’ancien chef de la 4e RM qui fut l’un des officiers supérieurs les plus proches d’Ahmed Gaid Salah, le patron de l’armée et Chef d’Etat-Major de l’ANP. 

Les deux hommes se connaissent et travaillent ensemble depuis des années. Mieux encore, Abderrazak Chérif et Ahmed Gaid Salah entretiennent une véritable amitié qui s’est développée tout au long de la carrière de ces deux généraux de l’armée algérienne. Jusqu’à l’été 2017, le général-major Abderrazak Chérif était considéré comme le « chouchou » de Gaid Salah et l’un des rares généraux qui jouissent de la confiance du « Chef », à savoir Ahmed Gaid Salah. Mais, soudain, cette amitié s’est détériorée et Abderrazak Chérif est tombé mystérieusement en disgrâce aux yeux de l’homme de l’armée algérienne. Pourquoi ? Que s’est-il passé ?

Nous avons appris au cours de nos investigations que l’inimité entre Gaid Salah et Abderrazak Chérif est née bien avant la fameuse affaire de la cocaine du Port d’Oran de mai 2018 qui a permis à Ahmed Gaid Salah d’opérer un changement majeur à la tête de toutes les régions militaires du pays. Selon nos investigations, le grand malentendu entre les deux vieux amis tire son origine d’un épisode qui s’est produit en été 2017. A cette époque-là, le général-major Abderrazak Chérif marie l’un de ses fils et organise à Biskra une grandiose fête de mariage où de nombreux hauts responsables du régime algérien ont été invités. Un « carreau VIP » a été spécialement aménagé pour accueillir le chef d’Etat-Major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah, et ses plus proches collaborateurs.

Mais lors de cette même fête de mariage, Abderrazak Chérif prend l’initiative d’inviter également Abdelghani Hamel, le patron de la DGSN, mais l’ennemi juré de Gaid Salah. Les deux hommes étaient à couteaux tirés et chacun tentait d’influencer la Présidence de la République pour convaincre le Chef de l’Etat de limoger l’autre. L’ambition politique de Hamel dérangeait et inquiétait Gaid Salah. La puissance et l’influence de Gaid Salah ralentissait la carrière d’Abdelghani Hamel.

Mais Abderrazak Chérif pensait bien faire en tentant d’opérer une médiation entre « les deux ennemis » dans l’espoir de pouvoir les réconcilier et tourner « cette page de tensions » qui faisait couler beaucoup d’encre au plus haut sommet du pouvoir algérien. Au grand malheur d’Abderrazak Chérif, Ahmed Gaid Salah n’a pas du tout apprécié cette initiative. Et lorsqu’il a vu arriver le patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, « au carreau VIP » de cérémonie de célébration du mariage, le chef d’Etat-Major de l’armée bondit de colère et son protocole intervient pour empêcher que le premier responsable de la police algérienne ne s’approche de lui.

Une friction est évitée de justesse et le plan d’Abderrazak Chérfi échoue lamentablement. Ahmed Gaid Salah ne va même pas rester jusqu’au bout des festivités et demande à son équipe de le raccompagner jusqu’à Alger. Et depuis ce malencontreux épisode, la froideur s’est installée entre Abderrazak Chérif et Ahmed Gaid Salah. Le chef d’Etat-Major commence à douter de la fidélité de son vieil ami et remet en cause sa loyauté. Les mois passent et Abderrazak Chérif est mis sur la touche par le Chef de l’Etat-Major de l’ANP. Le Chef de la 4e région militaire devait bénéficier d’une promotion pour remplacer le Commandement des forces terrestres (CFT)le général-major Ahcène Tafer et devenir ainsi le deuxième homme fort de l’ANP.

Il n’en fut rien et cette promotion a été brutalement annulée. Abderrazak Chérif sera écarté de ce poste qui reviendra au général-major Said Chengriha. Et juste après l’avènement du scandale de la cocaine du Port d’Oran à la fin du mois de mai 2018, Abderrzak Chérif sera brutalement broyé par l’opération « mains propres » lancée par le revanchard Ahmed Gaid Salah. Désormais, il est traité comme les autres « ennemis » et « adversaires », à savoir les généraux-majors Habib Chentouf ou Said Bey. La suite, vous la connaissez tous…

LEAVE A REPLY