Un nouveau scandale secoue en ce moment le ministère de la Justice à Alger. Un haut responsable recruté par Tayeb Louh, l’ex-ministre placé en détention à la prison d’El-Harrach dans le cadre de plusieurs affaires de corruption et d’abus de fonctions, vient d’être placé sous contrôle judiciaire parce qu’il avait trafiqué tous ses diplômes, baccalauréat et licence, qui l’avait remis dans son dossier de recrutement. 

Ce haut responsable s’appelle Zerrouki Mebarek. Il est le premier responsable de la sous-direction des affaires civiles, une direction stratégique du ministère de la Justice. Il est, surtout, le neveu de l’ancien directeur général aux ressources humaines, Boudjemaâ Ait Ouadia, l’un des hauts responsables les plus influents du ministère de la Justice et l’un des collaborateurs les plus fidèles de l’ex-ministre Tayeb Louh.

Recruté par Tayeb Louh comme un simple « greffier », le neveu de Boudjemaâ Ait Ouadia est rapidement propulsé haut responsable en prenant en charge une fonction sensible au sein du ministère de la Justice.  Et finalement, à la suite d’une enquête interne au sein des services du ministère de la justice, les diplômes trafiqués et falsifiés de Zerrouki Mebarek ont été débusqués. Le haut responsable est rapidement suspendu et placé sous contrôle judiciaire par le juge d’instruction près du tribunal de Bir Mourad Rais en attendant les conclusions définitives de l’enquête.

Cette affaire révèle enfin l’ampleur de la mauvaise gestion et du fléau de la corruption et du népotisme qui mine profondément le ministère le plus délicat de l’Etat algérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE