Incroyable, mais vrai ! Un luxueux appartement situé dans la très chic rue Lord Byron à Paris, tout près de l’avenue des Champs-Elysées, a vu défiler tout le gratin du pouvoir algérien. C’est dans cet appartement que les deals les plus secrets du régime algérien ont été négociés dans la discrétion la mieux entretenue à l’abri des regards indiscrets des algériens. 

A qui appartient cet obscur appartement ? A BARCHI Bachir, un milliardaire franco-algérien qui avait commencé comme garagiste à BEZONS, dans la banlieue de Paris. C’est ce milliardaire qui va réussir dans la location et commerce des véhicules de luxe en France qui a acheté cet appartement en 2015. D’une superficie avoisinant les 100 M2, cet appartement a été aménagé par le milliardaire franco-algérien pour lui permettre d’offrir des séjours confortables à tous les dirigeants algériens, militaires et civils, de passage par la capitale française. 

Et c’est ainsi que Barchi Bachir est devenu un incontournable lobbyiste et pièce maîtresse du puzzle algérien. En si peu de temps, il est devenu l’homme chez lequel tous les milliardaires  algériens, les hommes politiques , ainsi que  tous les aventuriers de tous bords  , les plus vus, se précipitent dans le bureau de sa société CTEA à BEZONS en liquidation depuis novembre 2018. Cette société lui avait servi de paravent afin d’écouler des milliers de voitures vers l’ALGERIE  notamment du temps où l’importation des véhicules d’occasions état permise et bien après…

Ainsi, parmi les gens qui le fréquentaient assidument l’appartement de ce businessman franco-algérien, nous avons retrouvé Mr SELLAL et sa famille, le Président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf, l’ex-premier ministre Abdelmadjid TEBBOUNE et les siens, Mr EL HAMEL, richissime oligarque et député d’ADRAR avec lequel il est associé dans une carrière et plusieurs concasseurs dans cette dernière ville pour  laquelle  SELLAL leur a octroyé plusieurs crédits dont le montant global est évalué en euros entre 5 à 7 millions d’euros entre 2012 et 2014.

Bachir Barchi connaissait également le célèbre promoteur SERRIDJ  Djamel à qu’il avait vendu de nombreux locaux commerciaux et   immeubles à usage d’habitation toujours dans la même ville de BEZONS.

Ayant eu affaire au fisc français et devant cette situation devenue intenable , la Société CTEA a été mise en liquidation par le fisc français ( 7 à 8 millions d’euros de taxation et d’amendes dues au Trésor Public ) devant le Tribunal de Commerce de VERSAILLES, pour diverses fraudes et autres malversations. Nous avons découvert au cours de nos investigations qu’ue nouvelle société  POA GROUPE  a été créée à BEZONS actuellement –  également avec le même objet social et avec la même clientèle a pris le relais de CTEA ,est en train d’activer sur ce même terrain avec les mêmes acteurs.

Algérie Part publiera prochainement des révélations fracassantes sur les discussions et affaires secrètes qui ont été conclus par Tebboune, Sellal et d’autres hauts responsables civils ainsi que militaires dans l’appartement parisien de Bachir Barchi. Nos révélations permettront de comprendre que la vague d’assainissement actuelle ne peut pas faire l’économie d’une enquête sur ces individus, dans l’espoir  de  voir  restituer quelques sommes dans le giron du Trésor Public algérien.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE