Le temps de l’impunité est fini pour Baha Eddine Tliba, le député milliardaire de la wilaya d’Annaba. Le ministère de la Justice a demandé officiellement ce lundi au bureau de la présidence de l’APN, le parlement algérien, la levée de l’immunité parlementaire dont jouissait pendant toutes ces années le députés et controversé homme d’affaires impliqué dans de nombreuses affaires scabreuses et scandales de corruption. 

Du complexe sidérurgique d’El Hadjar jusqu’aux diverses promotions immobilières et commerces douteux ouverts à Annaba, Tliba est impliqué dans diverses affaires que la justice doit élucider pour comprendre un tel bonhomme s’est enrichi de manière exceptionnelle en si peu de temps. L’homme qui avait fait irruption de façon choquante sur la scène politique, sans pouvoir se targuer du moindre bagage intellectuel ou d’un parcours militant, a bénéficié ces dernières années d’une immunité particulièrement révoltante aux yeux de l’opinion publique algérienne.

Tiba est présenté depuis longtemps comme l’un des acteurs clés du clan Gaid Salah à Annaba. Il était même associé avec le petit-fils de Gaid Salah dans une entreprise qui avait dissoute récemment. La levée de l’immunité parlementaire dont il fera l’objet démontre que la lutte contre la corruption vient de franchir un cap capital en Algérie.

LAISSER UN COMMENTAIRE