La richissime famille algérienne Kerrar, propriétaire du premier laboratoire algérien, à savoir Biopharm, sont au coeur d’un scandale de transferts illicites de devises depuis l’Algérie vers la Suisse et la Belgique. Des avoirs bancaires, d’une valeur de 680 mille euros, ont été gelés suite à une requête présentée à la justice belge par le collectif Algériens sans Frontières, un collectif d’avocats engagés depuis le Hirak en faveur de la récupération des deniers algériens détournés vers l’étranger par les personnalités politiques ou affairistes liées au régime Bouteflika. 

Mené par le tonitruant Lachemi Belhocine, un avocat algérien basé à Fribourg en Suisse, le collectif d’avocats algériens a lancé des procédures judiciaires en Belgique pour obtenir le gel de ces 680 mille euros aux origines douteuses et ayant fait l’objet de transferts illicites depuis le devises.

Le travail mené par les avocats algériens a permis de dévoiler u système échafaudé par les Kerrar pour revendre avec une plus-value notamment les devises sur le marché en Algérie. Partant de ces résultats, 680 mille Euros sont bloqués actuellement en Belgique sur un compte client d’un entrepreneur possédant une entreprise en Belgique spécialisée dans la fourniture de véhicules. Et ses principaux clients sont la famille algérienne les Kerrar, propriétaires de Biopharm, spécialisée dans les produits pharmaceutiques. Officiellement, les Kerrar lui achètent des véhicules.

Mais ces acquisitions passent par la société Swisshealth SA, une entreprise qui paye à la place des Kerrar la marchandise en attendant que les devises soient transférés depuis l’Algérie. Ce qui est une anomalie qui soulève de nombreux soupçons puisque à ce niveau, le transfert de devises n’est plus justifié du point de vue de la loi algérienne surtout lorsqu’on sait que le conseil algérien du crédit et de la monnaie délivre très rarement des autorisations de transfert de devises vers l’étranger.

Par ailleurs, les avocats algériens et à la leur tête Lachemi Belhocine ont découvert que la société Swisshealth SA est domiciliée chez un cabinet d’avocats & Notaires. Il s’agit potentiellement d’une Société écran d’autant plus que les statuts ne sont pas publiés.

Et lorsque ces statuts ont été obtenus, par la suite, par l’avocat algérien basé en Suisse, plusieurs irrégularités douteuses ont été constatées. Les noms des actionnaires ne figurent toujours  pas sur les statuts. Et le comptable (fiduciaire) se trouve dans un autre Canton (Jura) alors que Swisshelath est à Sarnen dans le Canton d’Obwald, à savoir un sombre paradis fiscal germanophone. L’avocat algérien a également remarqué des nombreux changements tant au conseil d’administration du comptable (Fiduciaire) qu’au sein de swisshealth, ces pratiques portent à croire que ces sociétés ont des activités occultes.

Le collectif Algériens Sans Frontières (ASF) envisage de transmettre prochainement au Procureur Fédéral en Suisse en se constituant partie civile. En parallèle, une avocate algérienne établie en Belgique va se constituer au nom d’ASF comme partie civile en Belgique et demander le gel pénal des 680’000 euros. Pour le moment, cet argent est bloqué sur le compte de l’entreprise qui revend des véhicules aux Kerrar. Et ce dernier « est disposé à nous aider pout toute démarches idoine en vue de dénoncer cette pratique », nous apprend enfin à ce sujet Lachemi Belhocine.

Notons en dernier lieu que les Kerrar sont une richissime famille en Algérie notamment depuis que leur patriarche Abdelmadjid Kerrar, patron et fondateur de Biopharm, a ouvert en 2013 le capital de ce premier laboratoire algérien, qui fait environ 200 millions d’euros de chiffre d’affaires, à un consortium d’investisseurs. Les financiers Development Partners International (DPI) et Mediterrània Capital ainsi que l’agence de développement allemande DEG ont injecté de nouveaux fonds, prenant 49% du capital. Cette opération a permis de renforcer les activités de production de Biopharm – notamment de génériques – et de distribution, renforcer le management et développer l’exportation en Afrique et en Europe.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE