C’est une affaire scabreuse que la justice militaire algérienne est en train de la faire passer sous silence. Et pourtant, cette affaire a éclaboussé la plus délicate et sensible des institutions : la Direction centrale de la sécurité de l’Armée (DCSA). Son patron, le colonel Nabil Boubekeur, alias BOB, a été enfermé récemment à la prison militaire de Blida. Son incarcération qui date de la mi-août a soulevé un vent de panique au sein des rangs de l’ANP.

Et pour cause, le colonel BOB n’est pas n’importe qui comme il a été expliqué sur le plateau de l’émission le Grande DÉBAT diffusé sur Amel TV en partenariat avec Algérie Part, où Abdou Semmar, notre rédacteur en chef, a dévoilé l’histoire secrète de cette affaire soigneusement étouffée par le sérail militaire.

Le colonel BOB est l’homme qui a pris les rênes de la DCSA à la suite du déclenchement du Hirak à partir du 22 février. Jeune colonel, âgé de 51 ans, très respecté et apprécié pour son dévouement, le colonel BOB est l’officier qui avait dirigé toutes les enquêtes menées à l’encontre des personnalités politiques influentes du clan présidentiel des Bouteflika. C’est également lui qui avait lancé les enquêtes sur les richissimes oligarques les plus nocifs de l’ère Bouteflika.

Mais c’est surtout le colonel BOB qui a démêler l’écheveau du « complot » orchestré par Said Bouteflika, Bachir Tartag et le général Toufik contre le haut commandement de l’ANP. Les résultats du travail mené par le colonel BOB sont impressionnants. La DCSA redevient cette institution qui inspire la crainte et la terreur aux corrompus et dirigeants les plus sulfureux du régime algérien. En quelques mois, le colonel BOB s’est imposé comme le plus efficace officier de l’ANP dans cette lute acharnée contre les anciennes officines scélérates du régime Bouteflika.

Mais ce jeune colonel va chuter à son tour dans des conditions qui demeurent troublantes. Il sera, d’abord, enlevé de son poste au cours du mois du Ramadhan. Beaucoup de personnes ont été choqués par cette décision et brutale. Ensuite, le colonel BOB sera maintenu en tant qu’inspecteur général à la DCSA et poursuivra son travail. Mais au mois d’août, il sera interpellé, interrogé et ensuite placé en détention préventive à la grande surprise de nombreux officiers et hauts responsables de l’ANP. Officiellement, on l’accuse d’avoir protégé et couvert les agissements de personnes civiles ayant  « racketté » des hommes d’affaires ou des personnalités politiques pour leur offrir une « immunité » garantie par le clan Gaid Salah. Ces personnes, des intermédiaires sans foi ni loi, ont parlé au nom du colonel BOB ou ils ont utilisé leur proximité avec son entourage pour s’adonner à leurs pratiques mafieuses et ramasser de l’argent auprès des businessmans et politiciens qui faisaient l’objet d’enquêtes sur des faits de corruption.

Les témoignages incriminent rapidement Foued Boukhari, un officier supérieur de la DCSA. D’autres commandants ou lieutenants de la DCSA sont incriminés. Et au final, le colonel BOB passe à la trappe. Mais la justice militaire a-t-elle recueilli des preuves tangibles contre lui ? A-t-il fait les frais d’un scénario préfabriqué pour le liquider politiquement parce qu’il dérange des intérêts puissants au plus haut sommet de l’ANP ? Fort probable, explique enfin à ce propos Abdou Semmar dans cette émission inédite qu’il ne faut pas rater :

LAISSER UN COMMENTAIRE