Le Premier Ministre algérien, Noureddine Bedoui, s’est entretenu avec le Président nigerian Buhari en marge du TICAD qui a eu lieu au Japon du 28 au 31 août 2019.

Durant ce tête à tête, le Président nigerian a recommandé que le programme politique en Algérie soit exécuté fidèlement,  et devrait conduire à des élections générales dans les meilleurs délais.

 » L’Algérie est un bon pays panafricaniste, avec beaucoup d’influence sur le continent », a déclaré le président Buhari.

Le Premier Ministre Bedoui a indiqué que le dialogue menant aux élections était en cours avec toutes les parties prenantes, et que si tout allait bien, d’ici la fin de l’année, les élections auraient lieu…

Bedoui dévoile ainsi de l’étranger la feuille de route tracée par le gouvernement, avec l’appui de l’armée, sans prise en considération des revendications populaires.

Pas un mot sur le hirak, les revendications du peuple, l’illégalité du gouvernement actuel, les détenus d’opinions ou encore la nécessité d’une constitution débarrassée des agressions dont elle a fait l’objet depuis si longtemps…

L’envoyé spécial du Président Bensalah au Japon a été, rappelons le, convoqué par les services de gendarmerie, dans le cadre d’une enquête portant sur plusieurs dossiers de corruption, et concernant des faits qui se seraient déroulés alors qu’il était wali de Constantine.

A l’insupportable ingérence de Buhari, le gouvernement algérien apporte une réponse aussi diplomatique que laconique.

Le régime actuel n’a pas l’intention de changer et toutes l’agitation démocratique actuelle ne serait que de façade…

Avec ou sans panel, les élections auront sans doute lieu à la fin de l’année, et aucune période de transition n’est programmée selon le chef du gouvernement.

Pas sûr que le peuple l’entende de cette oreille.

LAISSER UN COMMENTAIRE