Belkacem Zeghmati, l’actuel ministre de la Justice, a le vent en poupe. En effet, cet homme âgé aujourd’hui de 62 ans est pressenti pour remplacer prochainement Nourredine Bedoui à la tête du gouvernement algérien, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes bien introduites au sein du sérail. 

L’ex-Procureur général de la Cour d’Alger est aujourd’hui le haut fonctionnaire le plus apprécié par l’institution militaire, a-t-on appris de sources sûres. Il dispose, d’ailleurs, d’une carte blanche pour mener ses enquêtes sur la corruption et convoquer toutes les personnalités qu’il désire. Jamais, un ministre de la Justice n’a joui d’autant de pouvoirs ces 20, voire 30 dernières années en Algérie.

Depuis le 1er août dernier, date de sa nomination à la tête du ministère de la Justice, Belkacem Zeghmati est en train de se faire une place au soleil. Ses décisions sont rarement remises en cause par l’establishment, ses orientations sont suivies et appliquées. Et le pouvoir qu’il est en train de déployer au sein de l’appareil judiciaire va lui donner un prestige incontestable. A la lumière de toutes ces données, et avec l’affection populaire qu’il risque d’engranger en continuant d’incarcérer les symboles et piliers de l’oligarchie et de l’ancien régime Bouteflika, Belkacem Zeghmati s’est imposé aux yeux des décideurs du moment comme la meilleure alternative au départ de Nourredine Bedoui, l’homme que la rue réclame chaque vendredi sa tête depuis le 22 février dernier. Dans les jours à venir, nous entendrons des nouvelles de l’ascension de Belkacem Zeghmati, certifient enfin nos sources.

LAISSER UN COMMENTAIRE