Cela a commencé à 02h00 du matin par des coupures électriques répétitives sur la plateforme aéroportuaires et cela s’est poursuivi jusqu’à 06h00 du matin.
La panne, localisée au terminal 1 (dépourvu de groupes électrogènes) et 2, n’avait toujours pas été détectée alors que l’on s’approchait des horaires de travail.
À 6h30 il y a eu l’intervention des équipes techniques de la sonelgaz d’el Harrach avec l’exploitation du camion labo pour la détection de cette énorme panne.
Les ingénieurs et techniciens de la société nationale d’électricité ont alors découvert un câble touché (court-circuit front) se situant sur le câble principal à côté du site de naftal de l’aéroport.
Après avoir affiné les tests, il s’est avéré que le cour-circuit se déclenchait plus en amont.
Et c’est à l’issue de plusieurs heures de travail minutieux que l’équipe de dépannage de la Sonelgaz est arrivé à poser un diagnostic final.
Il s’agit en fait d’une défaillance qui a affecté un câble au niveau de la centrale de ENNA..
Un court circuit certainement du à une surcharge et à l’absence de contrôle de cette Entreprise publique.
Si la responsabilité du black-out de l’ancien terminal de l’aéroport d’Alger, revient à une défaillance de contrôle et de maintenance de l’ENNA, alors l’incompétence des responsables de la SGSIA et de l’ENNA, ayant conduit à la fermeture momentanée de l’infrastructure aéroportuaire pendant plusieurs heures, doit impérativement être suivie de sanctions immédiates.

LAISSER UN COMMENTAIRE