Le Qatar, le petit émirat du Golfe, vient de s’offrir les compétences de l’ex-PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, qui vient de s’installer à Doha pour travailler en tant que consultant auprès des autorités qataries et Qatar Petroleum, la compagnie pétrolière nationale du Qatar, a-t-on appris de sources sûres. 

Abdelmoumen Ould Kaddour quitte ainsi l’Algérie sans concrétiser de nombreux projets qu’il avait lancé lors de son arrivée à la tête de Sonatrach en mars 2017 à l’image de la stratégie SH2030 dont l’ambition était de placer Sonatrach sur l’échiquier mondial des plus gros producteurs d’hydrocarbures de la planète. Démis de ses fonctions le 24 avril dernier, Abdelmoumen Ould Kaddour a fait les frais de cette purge menée au plus haut sommet de l’Etat algérien à la suite de la chute brutale du clan présidentiel des Bouteflika.

Après avoir résolu les litiges avec des géants mondiaux comme Total et Saipem, après avoir séduit ExxonMobil Corporation, la plus grande société pétrolière et gazière américaine qui envisageait d’investir en Algérie, Abdelmoumen Ould Kaddour quitte l’Algérie sans avoir achevé son « oeuvre » et laisse derrière lui une Sonatrach confrontée à l’une des conjonctures les plus complexes de l’histoire de l’Algérie. Critiqué par les uns, vilipendé par les autres pour sa proximité avec Said Bouteflika, Abdelmoumen Ould Kaddour divise, certes, mais demeure reconnu mondialement pour ses connaissances et compétences dans le secteur des hydrocarbures. Et le Qatar en est parfaitement conscience.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE