Les jours se suivent et se ressemblent à Air Algérie. Après Paris, c’est à Genève que les tensions ont éclaté au sein de l’agence d’Air Algérie à Genève dont les employés ont été sévèrement dénoncés et critiqués par. un concitoyen qui a été tout bonnement interdit d’accéder aux locaux de l’agence d’Air Algérie sous prétexte qu’il avait adopté un comportement agressif et violent. 

Cette décision a été prise par la directrice de la succursale d’Air Algérie à Genève,  Mme Wissam Benbartaoui. Dans un courrier obtenu par nos soins, ce concitoyen algérien explique sa mésaventure avec cette haut responsable d’Air Algérie et dénonce une situation qu’il qualifie d’abus de pouvoir. Nous avons obtenu également le document signé par Wissam Benbartaoui qui excommunie tout simplement ce compatriote et l’empêche de pénétrer à l’intérieur de l’agence d’Air Algérie à Genève. Qui dit vrai et qui ment ?

Pour l’heure, la direction d’Air Algérie n’a toujours pas communiqué pour répondre à cette question. Mais cet incident relance la polémique sur le mode de gestion de l’agence d’Air Algérie à Genève. Wissam Benbartaoui est l’épouse d’Abdelhamid Ahmed Benbartaoui, nommé en 2017 pour un mandat de quatre ans au sein de la mission permanente d’Algérie à Genève, en qualité de Premier Secrétaire. Ce dernier aurait été rappelé récemment à Alger selon nos sources.

Il faut savoir que la loi algérienne interdit à l’épouse d’un fonctionnaire diplomatique envoyé en mission à l’étranger d’occuper un poste au sein d’une entreprise publique algérienne dans le même pays. Et pourtant, depuis juin 2018, Mme Wissam Benbartaoui a raflé un poste prestigieux à Air Algérie Genève et ce à moins d’un an après l’envoi de son époux à la mission permanente de Genève. Une violation flagrante de la loi en vigueur dans notre pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE