Les blocages bureaucratiques des autorités algériennes menacent la vie de nombreux bébés et nourrissons algériens atteints de malformations cardiaques. C’est ce qui vient de se passer à la Clinique Médico-Chirurgicale Infantile de Bou Ismail, un établissement unique en son genre en Algérie car ses équipes sont spécialisées dans les interventions chirurgicales, y compris les plus délicates comme les opérations à coeur ouvert.

A cause des lenteurs des traitements des dossiers et les blocages administratifs lors de la délivrance des autorisations nécessaires au commercialisation des médicaments et dispositifs médicaux en Algérie, des opérateurs pharmaceutiques ont été incapables d’honorer la livraison des ballons de NUMED prévus dans le lot n°02 dont les BIB ballons et les ballons de RASHKIND. Les besoins annuels de la clinique médico-chirurgicale Infantile de Bou Ismail s’élèvent à 500 unités pour le ballon d’atrio-septostomie qui est utilisé dans l’intervention salvatrice de RASHKIND et à 200 unités pour le BIB ballon qui est utilisé dans l’angioplastie percutanée de la coarctation de l’aorte.

Ces dispositifs médicaux sont indispensables dans le traitement de la transposition des gros vaisseaux qui se fait en deux temps avec un traitement initial provisoire palliatif réalisé immédiatement après la naissance et un traitement chirurgical définitif pratiqué un peu plus tard.

Il faut savoir à ce sujet que si le diagnostic a été fait par échographie au cours de la grossesse, la prise en charge est débutée immédiatement après la naissance, en salle de travail ou à proximité immédiate. L’objectif du traitement initial est de permettre que le sang de la circulation générale soit oxygéné le mieux possible en maintenant ouvert le canal artériel et en constituant une communication entre les deux oreillettes.

Malheureusement, en dépit de l’urgence de ces traitements et la nécessité absolue de disposer rapidement de ces dispositifs médicaux, la direction de la pharmacie au sein du Ministère de la santé a délivré très tardivement aux opérateurs pharmaceutiques agréés les Programmes Prévisionnels d’Importation (PPI) 2018 dont celui de NUMED. Cette situation  a empêché ainsi les opérateurs pharmaceutiques de reconstituer un stock de sécurité suffisant compte tenu du délai de fabrication de ces produits spécifiques qui demande 8-12 semaines. D’autre part, des opérateurs pharmaceutiques sont toujours en attente des PPI 2019 alors que nous sommes déjà fin août 2019 !

Dans ces conditions, il faut que les autorités compétentes ouvrent une enquête pour connaître le nombre de bébés atteints de transposition des gros vaisseaux (TGV) qui n’ont pas pu bénéficier de l’intervention salvatrice de RASHKIND et les patients atteints de coarctation aortique en attente d’angioplastie percutanée. Les vies de nos bébés et nourrissons sont en jeu.

LAISSER UN COMMENTAIRE