L’entreprise Transport Tahkout Mahieddine, l’opérateur privé qui assure le transport de près de 1.2 millions d’étudiants à travers l’Algérie, a saisi officiellement le gouvernement et le Premier-ministre, Nourredine Bedoui, à propos de la situation catastrophique dans laquelle se retrouvent les employés de cette entreprise appartenant à l‘homme d’affaires Mahieddine Tahkout, incarcéré à la prison d’El-Harrach depuis le 10 juin dernier en compagnie de son fils Bilal et frère Rachid. 

Dans le document qui est parvenu à Algérie Part, la direction générale de cette entreprise explique clairement qu’elle n’a pas pu verser les salaires de ses employés durant ces deux derniers mois en raison du gel de tous ses comptes bancaires.

Cette entreprise qui dispose, ainsi de pas moins de 400 bus spécialisés dans le transport estudiantin et urbain à Alger et Oran, a été contrainte d’assurer la continuité de son fonctionnement sans pouvoir toucher le moindre centimes de son propre argent bloqué dans les banques. La direction générale de l’entreprise Transport Tahkout Mahieddine a assuré enfin qu’elle n’est nullement endettée et qu’elle n’a contracté aucun crédit bancaire. Sa situation serait donc conforme aux exigences de loi algérienne. Mais en dépit de cela, elle est soumise à une véritable asphyxie en raison des poursuites judiciaires dont font partie ses propriétaires et actionnaires, la famille Tahkout. Une asphyxie qui menace tout bonnement l’existence même de cette entreprise privée et le maintien de ses centaines d’emplois. Et à la prochaine rentrée universitaire, qui palliera à la disparition de cet opérateur ? Qui va assurer le transport de nos étudiants jusqu’aux bancs de leurs universités ? Le gouvernement reste muet jusqu’à cette heure-ci face à ces questions.

LAISSER UN COMMENTAIRE