L’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh, l’un des symboles et piliers du régime d’Abdelaziz Bouteflika, risque de se retrouver en prison à partir de jeudi prochain. Tayeb Louh devra se présenter jeudi devant le juge d’instruction près de la Cour Suprême à Alger. 

Selon nos sources, l’Office central de répression de la corruption (Ocrc) a terminé son enquête préliminaire à l’encontre de l’ex-ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, qui est officiellement suspecté de corruption et qui sera aussi poursuivi pour des faits à caractère pénal, comme le prévoient les dispositions de l’article 11 alinéa 03 du Code de procédure pénale.

Rappelons que Tayeb Louh a été auditionné auparavant par le tribunal de Sidi M’hamed dans le cadre d’une enquête sur des malversations financières et scandales de corruption qui ont été étouffés par Tayeb Louh ainsi que ses principaux collaborateurs au ministère de la Justice. Soumis à une interdiction de quitter le territoire national, l’étau se resserre autour de Tayeb Louh qui pourrait rejoindre la cohorte d’anciens dirigeants politiques et oligarques véreux à la prison d’El-Harrach.  Algérie Part avait publié de nombreuses révélations qui dévoilent les pratiques mafieuses et immorales auxquelles se donnaient cet ancien ministre de la Justice, véritable fossoyeur du secteur le plus névralgique de l’Etat algérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE