La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), alias la Police algérienne, est cité dans un nouveau scandale qui risque de défrayer la chronique dans les prochains jours. En effet, après l’arrestation et l’emprisonnement de l’ex-chef de sûreté de la wilaya d’Oran, la « faucheuse » risque d’emporter dans son passage l’ex-chef de sûreté de la wilaya de Mostaganem, a-t-on appris auprès de plusieurs sources concordantes. 

En effet, des enquêtes ont été lancées à l’encontre de plusieurs anciens hauts responsables de la DGSN dans la wilaya de Mostaganem dont le Commissaire Divisionnaire Samir Khellassi, ex-premier responsable de la police nationale dans cette wilaya stratégique de l’ouest algérien. Ce dernier est soupçonné d’avoir « couvert les arrières » du directeur de l’agence foncière de Mostaganem, Guira Ahmed.

Ce dernier et 3 de ses chefs de services est officiellement inculpé par la justice  dans  plusieurs affaires liées aux détournements des lots de terrains, trafic d’influence, favoritisme et mauvaise gestion. A Mostaganem, la justice a ouvert une enquête sur ’ne grande affaire de dilapidation de foncier, où plusieurs responsables, élus et hommes d’affaires sont impliqués. Des affaires de détournements de terrains,   faux usage de faux et le favoritisme dans l’attribution des lots de terrains ont ébranlé ces dernières années la wilaya de Mostaganem.

 

Des terrains situés au entre-ville de la commune de Hadjadj, d’une superficie de 120 m2, ont été vendus dans des conditions troublantes pour une somme de 48 mille dinars, soit 4,8 millions de cts  à un fonctionnaire résidant à la commune des Eucalyptus dans la wilaya d’Alger. Ainsi, ce scandale avait remis en question la gestion réelle de tous les autres terrains vendus par l’agence depuis l’année 2014, date d’installation de ce directeur et l’identité des bénéficiaires des lots de terrain.

D’autres lots de terrains faisant partie d’un groupement 029 propriété N° 228 numéroté 61/57 dans le plan de lotissement de la commune de Hadjadj. Ce lotissement qui est d’une superficie globale de 10824 m2 fait partie de la propriété de l’agence foncière, qui est d’une superficie de plus de 10 mille m2, acheté par le biais des domaines en 1999 et morcelé en 61 lots durant l’année 2000.  Alors  que le mètre carré  du terrain bâti  dépasse les 8 millions de cts au centre-ville et  demeure presque introuvable en plus, l’agence foncière avait vendu un terrain de 120 m2 pour une somme de 4, 8 millions de cts soit le prix d’un 1/2m2 dans le marché du foncier réel et le bénéficiaire hors wilaya alors sans le consentement également du conseil d’administration de l’agence foncière.

Avec ce large trafic du foncier, l’ex-responsable de la DGSN à Mostaganem est soupçonné de s’être enrichi en se rendant complice de ces pratiques illicites et mafieuses. Certaines sources affirment que le commissaire divisionnaire Samir Khellassi s’est emparé de trois lots de terrains de 260 mètres carrés. Il serait également propriétaire d’une luxueuse villa située dans la station balnéaire d’Ain El Turk à Oran. Cette villa lui aurait été construite par une entreprise appartenant à un richissime oligarque de la région de Sidi Bel Abbès. Les enquêtes de la justice et des services de sécurité devront bientôt démêler le vrai du faux et identifier les tenants et aboutissants de ces scandales.

LAISSER UN COMMENTAIRE