Le silence a trop longtemps duré. Et l’impunité aussi. Les investigations entamées par Algérie Part démontrent que les modalités de passation des marchés des accélérateurs linéaires de particules, des équipements médicaux indispensables pour la prise en charge des cancéreux en Algérie, par le ministère de la santé dans le cadre du plan anti-cancer 2015-2020 mérite une enquête profonde qui doit être enclenchée en urgence par les services de sécurité dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Il faut savoir à ce propos que la majorité des installations dans les hôpitaux algériens ont été octroyées à Varian Medical Systems, une entreprise américaine qui avait conclu en 2016 un partenariat avec le controversé Ali Haddad pour pénétrer l’Algérie, à des prix exorbitants, à savoir 483 millions DA l’unité sans compter un surcoût supplémentaire de 7- 8 % de ce montant par an pour le contrat de maintenance .

A titre d’exemple, jusqu’à aujourd’hui, personne ne s’est intéressée en Algérie à des modalités d’attribution et d’annulation du marché des 2 accélérateurs lancé par le CHU Oran.  Pour information, l’appel d’offres à été publié en 2015 avec probablement un cahier de charges orienté et attribué en 2018 puis bizarrement annulé en 2019 alors que le prix était moins cher que celui des machines acquises directement par le ministère de la santé.

Ce long retard de plus de 4 ans a déjà pénalisé plusieurs centaines ou milliers de patients atteints de cancers. La réservation de ce marché à 2 opérateurs privilégiés, à savoir Varian et Elekta, une société suédoise qui fournit des machines de radiothérapie, de radiochirurgie, a empêché plusieurs autres opérateurs pharmaceutiques de proposer des machines équivalentes et moins chères.

Cette situation que l’on peut qualifier de « mafieuse » est remplies d’intrigues et empêche l’installation rapide de toutes les machines pour traiter à temps et dans les meilleures conditions tous les patients éligibles à la radiothérapie et réduire le taux des erreurs thérapeutiques grâce à une  bonne formation des utilisateurs et le bon entretien des installations. Algérie Part reviendra bientôt sur ce sujet avec de nouvelles révélations.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE