L’ex-ministre de la Justice, Tayeb Louh, a été auditionné une première fois hier mardi par un juge d’instruction près du tribunal de Sidi M’hamed à Alger. Et cette première audition a été une véritable humiliation pour celui qui était dirigeait la justice algérienne ces dernières années comme « un roi capricieux ». 

Au cours de cette première convocation, Tayeb Louh a été auditionné à propos de 26 scandales et affaires. Oui, 26 dossiers, certifient nos sources, dans lesquels l’ex-ministre de la justice est impliqué directement en compagnie de plusieurs de ses acolytes comme l’ex-patron de la gendarmerie nationale, le général Ghali Belkecir. Ces dossiers concernent des scandales politico-financiers ou les privilèges affolants et impunité dont jouissaient les oligarques amis de Said Bouteflika.

Ces affaires sur lesquelles enquêtent en ce moment le parquet du tribunal de Sidi M’hamed concernent également la répression terrifiante dont furent victimes plusieurs opposants, journalistes ou activistes qui ont été emprisonnés, privés de leur droit de voyager à l’étranger. En clair, le procès de Tayeb Louh dévoilera bientôt tout le fonctionnement scélérat de la justice algérienne de ces 20 dernières années.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE