Khaled El Bey, l’ancien Procureur de la République du tribunal Abane Ramdane à Sidi M’hamed, est l’une des pièces maîtresses de l’instrumentalisation politique de la Justice en Algérie pour servir des intérêts mafieux. Ce magistrat limogé de son poste le 16 mai dernier a longtemps été le pilier du système mis en place par Tayeb Louh pour domestiquer la justice algérienne et la soumettre au diktat des agendas privés des lobbys affairistes au pouvoir. 

Preuve en est, nous avons appris au cours de nos investigations que le procureur Khaled El Bey est l’acteur principal d’une grave affaire de corruption qui s’était déroulée au mois 2015.  A cette époque-là, la justice algérienne recherchait activement un importateur d’or originaire de Batna, à l’est du pays, un certain M. Oumahchouch. Ce dernier faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour fraude fiscale engageant un montant faramineux de 110 milliards de centimes. Cet importateur n’avait jamais vidé son mandat d’arrêt et lors de son procès au tribunal de Sidi M’hamed, il avait bénéficié à la surprise générale d’un non-lieu. Le verdict a été adopté à la suite de l’intervention directe de l’ex-ministre de la Justice, Tayeb Louh, via l’ex-inspecteur général du ministère de la Justice, Benhachem Tayeb. Ce dernier a ordonné clairement à Khaled El-Bey de faire pression pour relâcher cet importateur controversé. Et en guise de récompense, Khaled El-Bey a touché une commission de 10 milliards de centimes, assurent nos sources. La même somme a été versée par l’entourage de cet importateur à Tayeb Benhachem et Tayeb Louh.

Cette affaire qui avait fait couler beaucoup d’encre dans les coulisses du ministère de la Justice a été étouffée et personne n’a entendu parler de ce scandale inédit.

LAISSER UN COMMENTAIRE