C’est une histoire unique en son genre. Un citoyen originaire de la ville d’Oran, Brahim Lalami, a été tabassé et humilié par des policiers au sein même d’un commissariat de Police alors qu’il était venu déposer plainte contre ses agresseurs qui ont failli lui ôter la vie. Brahmi Lalami a vécu cette mésaventure le mercredi passé. Une mésaventure au cours de laquelle il va se retrouver dans la posture du coupable alors qu’il était victime d’une lâche et barbare agression. 

En effet, sur sa page Facebook, ce citoyen connu à Oran pour son implication active dans le Hirak et les manifestations populaires organisées chaque vendredi, a raconté tous les tenants et aboutissants de l’injustice caractérisée qu’il avait vécu depuis mercredi dernier. Tout a commencé lorsqu’il remarque la passivité étrange des policiers face aux agresseurs contre lesquels il a déposé une plainte en bonne et due forme. Brahmi Lalami a pris son smartphone pour filmer ses agresseurs en train de discuter très amicalement avec des policiers en tenue comme s’ils faisaient partie de la même clique.

Face à cette initiative, les policiers sortent leurs griffes et s’en prennent violemment à ce citoyen. Tabassé, humilié, Brahmi Lalami a été embarqué vers une destination méconnue. il sera présenté plus tard devant un Procureur de la République et sera inculpé à la vitesse de la lumière pour être enfin condamné à une peine de 6 moins de prison ferme ! Hallucinant. Brahmi Lalami dispose d’un délai de 10 jours pour faire un recours et convaincre la justice de ne pas le renvoyer à la prison. Sa mésaventure a soulevé une vague d’indignation sur les réseaux sociaux et jusqu’à cette heure-ci, ni la DGSN ni le ministère de la Justice n’a réagi à ce scandale très inquiétant qui incarne une atteinte flagrante aux Droits de l’Homme.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE