Dans la nuit du jeudi au vendredi, le tribunal de Sidi M’hamed (ALGER) a décapité la famille Hamel. Après avoir auditionné l’ex-patron de la DGSN jusqu’à 1 H du matin, la décision est tombée comme un couperet : mandat de dépôt et emprisonnement provisoire au bagne d’El-Harrach. 

Mais cette brutale décision a également ébranlé les deux fils d’Abdelghani Hamel, Mourad et Ameyar. Les deux jeunes hommes ont été placés en détention provisoire en compagnie de leur père. Ils sont accusés aussi « d’enrichissement illicites » et de « privilèges illégaux ». Les deux fils de l’ex-patron de la DGSN sont connus pour leur implication dans plusieurs business florissants à l’image des ports-secs à Oran, l’industrie pharmaceutique ou le secteur de la communication avec une agence privée qui a pignon sur rue à Alger.

De tous les fils d’Abdelghani Hamel, Ameyar est le plus actif et le plus controversé en raison de ses relations avec de nombreux oligarques sulfureux à l’image de Kamel Chikhi, alias le Boucher, le principal suspect dans le scandale de la cocaine du port d’Oran. C’est, d’ailleurs, dans le sillage des poursuites enclenchées contre les affaires illégales et marchés douteux de ce milliardaire que Hamel et sa famille a fini par tomber entre les mains de la justice.

LAISSER UN COMMENTAIRE