Hier vendredi, plusieurs manifestants ont été arrêtés par les servies de sécurité parce qu’ils manifestaient avec des drapeaux amazighs.  ll s’agit de Messaoud LEFTISSI (de Skikda), Khaled OUADIHAT (de Béjaïa), Bilal BACHA (Naciria), Mohand BOUDJMIL (Aïn Benian), Ali IDER (Aïn Benian), Hamza Roudjate (Bouira), Oukbi Akli (Bouira), Lakhel Ali (Bouira), Ouidir Khaled (Béjaïa), Bibi Makhlouf (Béjaïa), Tessa Nacer (Béjaïa), et deux jeunes non identifiés de Tizi Ouzou.

« La police a usé de la violence et a procédé à des arrestations pour la confiscation des drapeaux Amazigh, des dizaines d’interpellations ont eu lieux, plusieurs manifestants seront présentés devant le tribunal dimanche le 23 juin selon plusieurs informations pour motif possession de drapeaux Amazigh », a affirmé à ce propos le Rassemblement Action Jeunesse (RAJ) dans un communiqué diffusé ce samedi sur sa page Facebook.

« Par ses agissements irresponsables, le pouvoir mis en danger la cohésion et l’unité nationale dans une tentative désespérée pour casser la dynamique enclenchée et la révolution populaire en marche », dénonce le Rassemblement, qui appelle à « la solidarité populaire et à la vigilance pour faire face aux tentatives de division du mouvement et de le détourner de son objectif principal qui est le changement du système » et exige « la libération immédiate de toutes les personnes interpellées ».

Selon plusieurs sources judiciaires, c’est aujourd’hui dimanche que ces manifestants seront présentés devant les Procureurs de la République près de nombreux tribunaux à Alger, Skdida ou Bouira. La Rédaction d’Algérie Part joint sa voix à celles de toutes les autres organisations ou associations de la société civile pour réclamer leur libération immédiate et la fin de cet harcèlement indigne des temps modernes. Ces arrestations resteront jamais comme un dérapage honteux.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE