Encore une annonce qui risque de ne jamais se concrétiser. Au mois d’octobre 2018, la direction générale de Sonatrach a annoncé fièrement qu’elle va participer à la réalisation d’une unité de propylène en Turquie.  A l’époque, ce projet de pétrochimie a été présenté comme un immense investissement qui permettra d’explorer de nouvelles perspectives internationales pour Sonatrach. 

Sonatrach devait être actionnaire dans ce projet avec 30% et « fournira la charge qui est de 450.000 tonnes de propane pour l’unité », avait expliqué à l’époque l’ex-PDG de Sonartach, Abdelmoumen Ould Kaddour. Selon nos investigations, ce projet pétrochimique en Turquie était en négociation depuis l’été 2017. Sonatrach avait négocié un accord avec plusieurs grandes entreprises truques spécialisées dans le secteur de l’énergie. Il s’agit plus exactement de Rönesans Endüstri Tesisleri lnşaat Sanayi ve Ticaret A.Ş. et BAYEGAN. Ce projet de plus d’un milliard de dollars devait commencer dés 2019 et Sonatrach devait apporter un financement de près de 150 millions de dollars en fournissant la matière première. Mais l’ambition projet est, aujourd’hui, plus que jamais compromis et risque de tomber finalement à l’eau.

Et pour cause, le départ d’Ould Kaddour de la direction générale de Sonatrach ainsi que les bouleversements politiques qui se produisent en ce moment en Algérie ont empêché Sonatrach de respecter ses engagements pris dans ce projet international. La compagnie nationale des hydrocarbures ne devrait pas tarder à annoncer son retraite de ce méga-projet pétrochimique en Turquie. Ce qui ne manquera pas de porter un sérieux préjudice à sa crédibilité.

LAISSER UN COMMENTAIRE