Compte tenu des circonstances exceptionnelles que connaît le pays ces
derniers temps, il nous incombait en tant que journalistes et techniciens du
groupe Media Temps nouveaux de suivre, malgré les pressions, le rythme des
événements qu’a vécue l’Algérie. Nous avons choisi, nous travailleurs du
Groupe Media Temps Nouveaux, d’être professionnels en rapportant les
événements avec sincérité et crédibilité, sans aucune déformation des faits,
pour servir les intérêts de la nation.

En tant que citoyens conscients de l’accélération des événements et de la
nécessité pour le pays de disposer d’une presse libre, professionnelle et
indépendante de toute orientation dangereuse qui touche à l’unité nationale,
il nous incombait de constituer le premier rempart contre les menaces qui
pèsent sur l’Algérie bien-aimée. Une Algérie dont le peuple est sorti pour
réclamer le changement, scandant liberté, justice et égalité pour bâtir un État
de droit.

Etant aussi, comme tous les Algériens, jaloux de nôtre patrie, nous
avons serré les rangs et nous nous sommes mobilisés pour servir le bien
commun et refusé d’adopter tout agenda politique à même de diviser les
enfants de la patrie. Un défi chèrement payé par les travailleurs du groupe,
privés de leur salaire pendant près de trois mois, outre l’application
de résiliation arbitraire des contrats de travail d’un nombre important de nos
collègues. Cette mesure touchera quelques 180 employés, entre journalistes,
techniciens à la fin du mois en cours.

Afin d’éclairer l’opinion publique nationale, sur l’ampleur des pressions
professionnelles et financières qui pèsent sur le secteur des médias en général
et le Groupe Media Temps Nouveaux en particulier, surtout que ses
travailleurs ont été et sont victimes d’un agenda prémédité et vivent toujours
dans une situation complexe aux horizons sombres, nous avons choisi de nous
adresser à l’opinion publique nationale pour porter à la connaissance de tout le
monde que les travailleurs du Groupe Media Temps Nouveaux demandent le
départ de ses gestionnaires qui ont nui à leurs revendications professionnelles.

Nous demandons de ce fait de constituer un comité de gestion du
Groupe composé de ses travailleurs pour gérer la situation actuelle jusqu’à ce
qu’il y aura des solutions concrètes, sous l’égide de l’Etat ou par l’ouverture des
portes au profilt des investisseurs pour reprendre le groupe.

Nous souhaitons que cette demande doit être appliquée dans l’immédiat,
surtout qu’il y a des manœuvres à l’intérieur du Groupe pour pousser les
travailleurs à démissionner par des pressions financières et/ou provocations
administratives, voire même des harcèlements non déclarés. Ceci, après que
toutes les portes du dialogue ont été fermées pour sauver 400 emplois (400
familles algériennes), menacés de disparition dans quelques semaines.

Pour cela, les travailleurs du Groupe Media Temps Nouveaux, qui tiennent à
bâtir un média professionnel qui servira les intérêts du pays et suivra la voie du
professionnalisme avec une ligne éditoriale équilibrée, informent l’opinion
publique nationale de leur volonté de voir toutes les parties contribuer à
trouver une issue à même de garantir l’avenir et la continuité de cette
entreprise médiatique avec ses supports écrits, audiovisuels et électronique.
Frères et sœurs, nous réitérons notre appartenance et l’adoption de tout ce qui
sert l’intérêt de ce pays.

Nous demandons à tout un chacun de se positionner aux cotés de familles Algériennes qui n’ont jamais manqué de se sacrifier pour que le pays vive dans la liberté, dans le cadre d’un Etat de droit et de justice.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE