Depuis ce dimanche matin, le milliardaire Mourad Oulmi, l’une des plus grosses fortunes du pays, et patron du groupe SOVAC, représentant exclusif des marques du constructeur automobile allemand Volkswagen, est interrogé et auditionné par le juge d’instruction près du tribunal Abane Ramdane à Sidi M’hamed. 

52 autres personnalités sont auditionnées depuis ce dimanche dans le cadre de ce gros dossiers qui risque de révéler de nombreuses pratiques de corruption, d’abus de fonction et de dilapidation des deniers publics. Parmi ces personnalités, nous comptons des banquiers comme l’ex-patron du CPA, Omar Boudiab, l’ex-ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, et l’ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia.

Or, un énorme absent s’est fait tout de même remarquer au tribunal d’Abane Ramdane. Il s’agit du général-major Boudjemaa Boudouaour, responsable de la direction des finances au ministère de la défense nationale. Et pourtant, ce dernier avait joué un rôle très important dans l’enrichissement de Mourad Oulmi et dans la prospérité des affaires du groupe SOVAC. Et pour cause, Boudjemaâ Boudouaour est le général qui avait conclu de nombreux marchés avec SOVAC pour fournir au ministère de la Défense nationale un nombre très considérables de véhicules de luxe des marques Volkswagen et Audi. En effet, selon nos investigations, jusqu’à son limogeage en été 2018 à la suite de l’éclatement du scandale de la cocaïne du port d’Oran, le général-major Boudjemaâ Boudouaour a  privilégié de manière troublante SOVAC pour s’offrir plus de 5000 véhicules PASSAT ou des AUDI A4 ou A5 en quelques années.

Tous les directeurs centraux du ministère de la Défense nationale roulent avec des voitures vendues et commercialisées par SOVAC. Au niveau de plusieurs centres névralgiques de l’ANP ou des casernes, les hauts responsables notamment les officiers aux rangs les plus élevés roulent tous avec des Passat ou des Audi. Tous ces marchés ont été supervisées par le général Boudjemaâ Boudouaour au profit de Mourad Oulmi et SOVAC.

Aucune autre marque ou groupe n’a pus pénétré le cercle très restreint de l’armée. Ces marchés engagent des montants onéreux et faramineux. Il demeure difficile jusqu’à maintenant de les évaluer avec précision. Selon nos investigations, lors de son arrestation et soumission à une enquête judiciaire, plusieurs AUDI auraient été retrouvées dans le domicile de Boudjemaâ Boudouaour. Les facilités déconcertantes avec lesquelles SOVAC a obtenu ces marchés onéreux soulèvent de nombreuses interrogations et soupçons. Et pourtant, jusqu’à aujourd’hui, aucun juge ou autorité n’a pensé à convoquer Boudjemaâ Boudouaour. Pourquoi ? Est-il protégé par un des décideurs de l’ombre ?

LAISSER UN COMMENTAIRE