La valse des anciens puissants hauts responsables de l’Etat se poursuit à la Cour Suprême en Algérie. Ce jeudi matin, c’est au tour d’Abdelmalek Sellal de se présenter devant le juge d’instruction près la Cour suprême (Alger), pour être auditionné sur des affaires de corruption, a-t-on constaté sur place. 

L’ex-Premier ministre, et directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika, vient d’arriver à la Cour Suprême accompagné par ses gardes du corps dans un cortège de voitures officielles.

Ces images nous rappellent exactement la scène qui s’est produite hier mercredi avec Ahmed Ouyhaia qui est entré à la Cour Suprême avec tous les privilèges d’un ex-haut commis de l’Etat pour sortir ensuite dans un fourgon spécialement aménagé pour les détenus de la prison d’El Harrach !

 

 

 

Comme Ahmed Ouyahia, Sellal sera auditionné par le juge d’instruction près la Cour suprême (Alger) concernant des affaires de dilapidation de deniers publics, abus de fonction et attribution d’indus privilèges. D’après nos sources, l’ex-premier ministre est accusé officiellement d’avoir favorisé les affaires douteuses d’Ali Haddad et de Mahieddine Tahkout ainsi que d’autres richissimes oligarques qui font encore et toujours l’objet d’enquête au niveau de la justice algérienne. A titre d’exemple, Sellal est cité et évoqué dans le dossier des privilèges illégaux accordés à l’oligarque Tahkout dans le secteur du transport universitaire en Algérie.

A ce titre, au regard de la gravité des accusations, Sellal risque officiellement d’être placé sous mandat de dépôt dés ce jeudi. Il rejoindra ainsi  Ouyahia à la prison d’El-Harrach ! Ce qui sera une situation inédite car jamais au grand jamais l’Algérie n’avait emprisonné deux anciens premiers ministres de la sorte !

Rappelons enfin que ces poursuites judiciaires ont été enclenchées par la Cour Suprême en application des dispositions de l’article 573 du code de procédure pénale. Le parquet général près la Cour d’Alger avait transmis à monsieur le procureur général près la Cour suprême, le dossier d’enquête préliminaire instruite par la police judiciaire de la gendarmerie nationale d’Alger, pour des faits à caractère pénal, à l’encontre des nommés: Zaalane Abdelghani, Tou Amar, Talaï Boudjemaa, Ghoul Amar, Benyounes Amara, Bouazgui Abdelkader, Djoudi Karim, Bouchouareb Abdesslam, Zoukh abdelkader, Khanfar Mohamed Djamel, Sellal Abdelmalek et Ouyahia Ahmed, avait expliqué le Parquet général près la Cour d’Alger.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE