Abdelghani Zaalane, ancien ministre des Travaux publics et des transports, a été placé sous contrôle judiciaire par le juge d’instruction de la Cour suprême. 

Peu avant cette décision, le même juge d’instruction près la Cour suprême a entendu Ahmed Ouyahia dans des affaires concernant la dilapidation des deniers publics, d’abus de fonction et d’octroi d’indus privilèges. D’autres responsables devront comparaître aujourd’hui mercredi et demain jeudi devant le juge d’instruction près la Cour suprême.

Pour rappel, en application des dispositions de l’article 573 du code de procédure pénale, le parquet général près la Cour d’Alger avait transmis à monsieur le procureur général près la Cour suprême, le dossier d’enquête préliminaire instruite par la police judiciaire de la gendarmerie nationale d’Alger, pour des faits à caractère pénal, à l’encontre des nommés: Zaalane Abdelghani, Tou Amar, Talaï Boudjemaa, Ghoul Amar, Benyounes Amara, Bouazgui Abdelkader, Djoudi Karim, Bouchouareb Abdesslam, Zoukh abdelkader, Khanfar Mohamed Djamel, Sellal Abdelmalek et Ouyahia Ahmed, avait expliqué le Parquet général près la Cour d’Alger.

« En raison de leurs fonctions au moment des faits, les susnommés bénéficient de la règle du privilège de juridiction consacrée par le texte de cette loi », avait précisé enfin la même source.

LAISSER UN COMMENTAIRE