La solution aux aspirations d’un peuple extraordinaire comme le peuple Algérien ne pouvait et ne peut être qu’extraordinaire.

 

Mr Kaidi, responsable des services de renseignement, je vous écris pour vous dire que vous représenteriez, probablement pour ne pas dire surement, une nouvelle configuration des généraux qu’on aimerait avoir dans notre armée de la nouvelle reconfiguration de la nouvelle République Algérienne. Je vous écris pour vous rappeler, loin de prétendre de vous enseigner, le rôle que doit jouer votre service dans la protection de notre chère Algérie, du peuple Algérien, de la Révolution pacifique, joyeuse du 22 Février 2019 et dans l’accompagnement du processus de libération du peuple Algérien.

En analysant votre parcours et votre promotion au grade du plus jeune général major et maintenant en tête du  service des enseignements, dans un contexte de vrais bouleversements et du défi majeur et historique de la nécessité du changement radical du régime et du system Algérien qui ont atteint le sommet de leur cycle de vie avec une décadence fatale, vous êtes assignés et vous avez un rôle crucial  à jouer dans la refondation de la nation Algérienne et la construction d’un Etat de droit.

Vous ignorez, surement pas, les capacités de notre peuple ni toutes les ressources de notre chère Algérie pour Edifier un Etat de droit avec de vrais institutions souveraines et que personne ne peut, guerre, se mettre au dessus de la loi. C’est, sans doute, le rêve de chaque Algérienne et Algérien de voir son pays au diapason des grandes nations et jouer un role dans la méditerranée et dans le monde entier.

Le peuple algérien aime son pays, c’est un amour réel. La révolution du 22 Févier, qui est pacifique, joyeuse, formidable, surprenant des nations, prouve, inéluctablement et d’une façon patente, que encore une autre fois, le peuple Algérien est capable de prendre son destin en main. Donnez-moi le peuple Algérien et l’Algérie, je construirais un pays plus développés que les pays de l’Europe du nord et plus puissant, économiquement et militairement, que les Etats unis d’Amérique USA.

Le contexte que vit notre chère Algérie et pendant lequel vous êtes promu en  tete du service de renseignement exigerait de vous plus de rigueur, de sérénité, de clairvoyance, de sagesse, de vision, de valeurs, de courage et de bravoure pour accompagner le peuple Algérien dans le processus de sa libération, car comme dit Feu Ait Ahmed, «  Nous avons libéré le pays mais nous avons pas pu libérer le peuple Algérien » et le peuple Algérien, après des années de mépris, d’humiliation, et de Hogra, a décidé de tracer son destin et personne ne peut l’arrêter comme dit feu Mammeri «  personne ne peux arrêter un peuple sur le chemin de son destin ».

Nous voulons, surement pas un Etat militaire, ni de la police politique, mais votre mission est plus que noble si vous accompagnez ce peuple qui ne demande que de vivre dignement dans un Etat de droit. Votre mission, pour laquelle vous avez prêté serment, est de protéger le peuple Algérien, ses revendications légitimes, ses aspirations d’édifier un vrai Etat de droit avec la séparation des pourvois : exécutif, judiciaire et législatif, et refonder la nation Algérienne des méandres du désespoir et de dépravation de tout azimuts.

Qui détient l’information détient le pouvoir

Le régime Algérien, heureusement morbide et finissant, a nourri, des années durant, des attitudes séparatistes, pour assoir son hégémonie, malheureusement, parfois, en assassinant des centaines d’Algériens ( les événements de 2001 en Kabylie) qu’on aurait pu éviter, éviter l’écoulement du sang des Algériens qui est très cher, si on avait eu des responsables qui veillent, vraiment, sur la stabilité de notre chère pays, et qui croient qu’en assassinant, en tuant un être humain à tort et injustement c’est comme si on assassinait toute l’humanité, comme dit notre prophète QSDSL.

Certes, le service dont vous êtes responsable est le vecteur stratégique le plus important dans la lutte contre la corruption et la veille stratégique sécuritaire contre toutes les tentatives de déstabilisation et de division de notre pays et de notre peuple, et vous êtes tenus, d’identifier, anéantir et éliminer toutes les sources qui guettent l’Algérie et qui n’admettront jamais, de voir notre pays et notre peuple se libérer : votre mission la plus noble serait de protéger la révolution du 22 Février, car c’est une aubaine pour nous tous.

Je vous en recommanderais pas de s’immiscer en politique, ni d’avoir une police politique qui tue le politique, mais nous en avons besoin d’un service de renseignement plus fort qui veillera sur tout ce qui bouge, une veille informationnelle qui nous permettra d’anticiper tous les événements, conflits et réduire à néant toute tentative séparatiste dont l’objectif est de diviser l’Algérie et le peuple Algérien.

Bannir tout extrémisme ethnique, religieux, et toute exploitation politique de notre identité et de notre religion, contenir et interdire toute démarche aventurière qui pourrait mener notre chère pays vers l’impasse aux conséquences dangereuses, désastreuses et irréparables serait notre mission tous dans une nouvelle république et un Etat de droit que nous voulons édifier. Instaurer une nouvelle culture de valeurs, typiquement Algériennes et inspirées de notre culture ancestrale et de notre religion, dans votre service avec une vraie synergie de compétences nationales dont nous n’en manquons pas, serait l’une de vos missions nobles.

 

Un Régime et un système à faire disparaître au dernier symbole

Notre indépendance a été confisquée dès 1962, et la crise politique qui en s’est suivi a causé des dégâts énormes en donnant naissance à des crises multidimensionnelles, du sous-développement voulu. Le peuple Algérien a atteint un degré de maturité politique et de conscience de l’intérêt suprême de notre chère Algérie et que dorénavant, il n’est point permis à personne de porter atteinte à la vie d’une Algérienne ou d’un Algérien, à l’Etat Algérien et à l’intégralité de son territoire.

D’une colonie que nous étions, à une ex-colonie que nous sommes devenus, des décades durant, pour servir les intérêts de pays, colonisateurs d’hier et criminels de guerres d’hier et d’aujourd’hui d’ailleurs : appauvrir un peuple pour en enrichir un autre. Faire avorter un projet comme celui de DESERTEC-Algérie n’est qu’un exemple irréfutable d’une volonté macabre d’anéantir toute initiative qui va dans le sens de permettre à l’Algérie de s’épanouir et surgir comme puissance régionale et mondiale dont elle en a toutes les caractéristiques d’y l’être.

L’Algérie dont les capacités agricoles peuvent nourrir tout le continent africain se trouve, forcée, de recourir à l’importation qui fragilise notre économie! Il relèverait de la souveraineté nationale de décoder, toutes les manigances qui ont abouti à des politiques de spoliation, de destruction de notre potentiel agricole que si, utilisé à bon escient, il assurerait notre sécurité et autosuffisance alimentaire.

Nous avons raté la chance, Vingt années durant, de devenir un vrai pays émergent avec plus de mil milliards de dollars de rentrées en devise, hélas ! Des dépenses aléatoires, de la corruption en exponentiel qui a gangréné toutes les institutions étatiques, des scandales financiers. L’Algérie n’a jamais connu une telle manne financière qui aurait pu permettre à l’Algérie de conquérir les pays développés, de reconstruire toute l’Algérie, de nouvelles villes modernes, un tissu industriel qui aurait créé de l’empois pour nos jeunes qui, de leur désespoir galopant, quitte le pays même en se jetant dans la mère méditerranée.

Serait-il possible de prétendre et jurer d’accompagner le peuple Algérien et le protéger en tournant le dos à ses revendications légitimes ?

L’histoire est en marche, la révolution pacifique du peuple algérien est en marche, chaque Algérienne et Algérien, épris de l’amour de sa partie, doit contribuer à l’aboutissement du projet de refonder la nation Algérienne et édifier un vrai Etat de droit.

Nous avons une chance historique à ne pas rater, vous avez une opportunité de rentrer dans l’histoire si vous allez œuvrer à sauvegarder le pacifisme de notre révolution et que toute déviation dangereuse serait de votre responsabilité totale , et ne pas perdre du temps à y aller au bout de satisfaire les revendications de tout un peuple, que chaque vendredi, sort pour manifester et clamer, haut et fort, son droit à tracer son destin, un verdict et un référendum populaire historique.

Insister sur une option que tout un peuple rejette n’est qu’une fuite en avant et une politique de l’autruche : une démarche suicidaire. Cependant, le courage c’est de faire ce qui est juste et régler, définitivement, la question cruciale de la légitimité de nos institutions, et trouver une solution politique à la crise politique, qui est la mère de toutes les crises,  que vit notre pays depuis l’indépendance en 1962.

Peut-on construire la légitimité avec des personnalités, qui juste hier, se donnaient à frauder les élections à l’instar de Mr Ben Salah et Mr Bedoui ? Je pense qu’il est grand temps d’être honnête avec Allah, avec nous même et vis-à-vis du peuple Algérien, car comme dit Einstein « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ». Pour quoi avons-nous peur de l’élection d’une assemblée constituante ? Je vous assure que c’est le seul moyen pour aboutir à une nouvelle constitution qui sera votée par le peuple et qui garantira et tracera les jalons de la nouvelle République à laquelle nous aspirons : République Algérienne, ni occidentale, ni orientale.

 

L’espoir nous est permis ! 

 

Par Slimane KHERMOUS, Militant politique, maire de Souk El Tenine, Tizi -Ouzou 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE