C’est un sujet tabou que peu de personnes osent briser en Algérie. Et pourtant, des milliers de vie sont en jeu. Ce tabou entoure le marché de la dialyse en Algérie. Un marché totalement dominé par une entreprise privée appartenant à la famille du défunt général Kamel Abderrahim, décédé le 25 octobre 2017. Kamel Abderrahim a été à la tête de plusieurs postes supérieurs, dont le commandement de la 2e Région militaire de 1979 à 1984, puis le commandement des forces navales de 1987 à 1988.

Algérie Part avait publié en septembre 2017 toute une enquête détaillée et approfondie sur sur la société INDUSTRIES MEDICO CHIRURGICAUX SARL (IMC) qui domine outrageusement le marché des consommables de dialyse en Algérie. Une domination qui flirte avec le monopole et ne cesse de soulever la colère des médecins et intervenants dans ce secteur médical engageant la vie de près de 25 mille patients algériens. « Les  Néphrologues   sont  devenus  en Algérie de simples utilisateurs  de  ce que  importait  le  Général  Kamel  ABDERRAHIM, selon son propre choix  et selon sa seule volonté, soit environ  04  Millions de Filtres Capillaires en 2018″, a révélé à ce sujet un médecin et grand spécialiste de la dialyse et de la transplantation rénale en Algérie, en l’occurrence Farid Haddoum, Service de Néphrologie, CHU Mustapha Bacha à Alger.

Il faut savoir qu’il y a  03  types de Membrane  pour Hémodialyse  :

–  Les  premières  Membranes  » naturelles   » faites  de Cellulose  (  du  Coton  ) abandonnées  en  1980

–  Les  suivantes  appelées  »  semi-synthétiques   » faites  de Cellulose modifiée  abandonnées également

–  Les  Membranes actuelles dites   »  synthétiques   » faites de Polysulfone,  de PPMA  et  autres.

Les  Membranes  cellulosiques  (  la  Membrane du pauvre  )  ne  sont  produites et commercialisées  que dans des pays  à faible ressources économiques.

Les  Membranes synthétiques sont  les seules biocompatibles ,  elles  sont  d’un coût  abordable,  c’est  les seules  qui  sont stérilisées  à la Vapeur d’eau,  sans  Gaz  ni  Rayons  et  elles ont  pour la même surface  un  « rendement » supérieur en matière d’épuration des déchets, comparées aux cellulosiques.

En Algérie, force est de constater  qu’il existe une  « discrimination »  entre les centres privés et publics en matière de membranes d’Hémodialyse  mais  pas seulement, la même discrimination existe également  entre  les Centres publics des grandes villes et les centres publics des  régions  enclavées où personne n va  voir  comment sont  soignés nos patients. L’ Importateur  IMC  « fournit », en effet,  les centres Hospitalo-Universitaires  en  Membrane Synthétique  à  des  prix révoltants  et exorbitants  (25  €  HT  le  Capillaire qui coûte sur le marché international  05 €  TTC).

Dans les centres privés, en effet,  la membrane cellulosique  est  reine car elle est vendue  à l’équivalent  09 €  TTC  alors même qu’elle est vendue  dans les pays à faibles ressources, à environ  01  $  le capillaire. La  Membrane cellulosique  du  Capillaire NIPRO  qui est commercialisée  en Algérie  par  IMC  est de l’Acetat d Cellulose  dite  « modifiée »,  bref une membrane  qui n’est pas biocompatible, stérilisée  aux  Rayons Gamma. C’est le Capillaire  des pays pauvres. Et pourtant, le coût de la dialyse est énormément cher en Algérie. Preuve en est, pour la Tunisie, les 10.000  patients, les dépenses pour les soins des personnes dialysées sont estimées à  40  Millions d’euros et en Egypte, pour  60.000 patients, ces dépenses sont évaluées à  100 Millions d’euros par année  alors que l’Algérie consacre environ…. 450  Millions d’euros d’importation  pour seulement 28.000 patients. Cherchez l’erreur….

LAISSER UN COMMENTAIRE