La compagnie nationale Air Algérie a dépensé dans des conditions très douteuses près de 80 millions d’euros entre 2014 et 2017 dans le cadre de l’affrètement des avions pour répondre aux besoins des voyageurs algériens durant les saisons estivales. Néanmoins, il s’avère que cet immense budget a été dépensé pour finalement exploiter à hauteur de 50 % de la capacité des avions affrétés à l’étranger, a-t-on appris au cours de nos investigations. 

La gestion opaque du dossier de l’affrètement des avions à l’étranger par Air Algérie soulève effectivement de nombreux soupçons de malversations financières. Algérie Part est en train de poursuivre ses investigations sur ce dossier sulfureux. Ceci dit, force est de constater que depuis 2018, la direction générale d’Air Algérie s’est ressaisie et une nouvelle orientation a été adoptée.

Cette année, à l’occasion de la saison estivale, Air Algérie a décidé ne pas affréter des avions. Cette stratégie a été reconduite pour la deuxième année consécutive. Ce qui a permis d’économise près de 50 millions d’euros à Air Algérie. Des devises précieusement économisées en ces temps difficiles. Selon nos sources, Air Algérie va se mobiliser activement pour compter uniquement sur sa flotte et son personnel pour répondre aux besoins des voyageurs algériens durant la prochaine saison estivale.

Cette stratégie passe, avant-tout, par l’engagement du personnel naviguant qui doit redoubler d’efforts pour permettre à Air Algérie de tourner à plein régime durant la saison estivale.

A ce propos, nous espérons la direction générale d’Air Algérie va enfin concrétiser les 37 % restants de l’accord salarial conclu avec le Personnel Naviguant Commercial (PNC) de la compagnie, mais gelé depuis deux ans. Ce qui permettra enfin aux stewards et hôtesses d’Air Algérie de toucher leurs augmentations salariales.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE