Ali Haddad a fait une révélation fracassante lors de son procès qui se déroule en ce moment au tribunal de Bir Mourad Raïs. D’après l’oligarque algérien enfermé depuis le début du mois d’avril à la prison d’El-Harrach, c’est Abdelmalek Sellal, l’ex-premier ministre, qui est intervenu personnellement pour obliger l’administration algérienne de lui délivrer un « deuxième passeport ». 

En dépit de ce témoignage inédit, les juges n’ont pas convoqué l’ex-Premier ministre ni aucun autre haut responsable des autorités algériennes n’a été convoqué pour les besoins de ce procès. Ahcene Boualem, directeur au ministère de l’Intérieur, a reconnu lorsqu’il était interrogé par le juge au cours de ce procès que c’est l’ex-SG du ministère Hocine Mazouz qui lui a demandé d’établir un 2e passeport à Ali Haddad.

De son côté, le procurer a requis 18 mois à l’encontre d’Ali Haddad et 100000 da d’amende. Ali Haddad attend toujours son verdict et son sort devra être tranché ce lundi 3 juin.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE