Le général Ghali Belkecir, le commandant de la gendarmerie nationale, s’est longtemps maintenu au pouvoir grâce à son emprise sur le pouvoir judiciaire. De nombreux juges et magistrats lui vouent une véritable allégeance en raison de la protection qui leur assure au niveau des services de sécurité et du précieux parrainage qui leur offrait grâce à son amitié et relations solides avec l’ex-ministre  de la Justice, Tayeb Louh. 

Le procureur général prés la Cour de Tipasa, Nacef Hocine, incarne parfaitement cette malsaine configuration politique qui caractérise le système judiciaire algérien. En effet, ce magistrat a été « couvert » et « maintenu » dans son poste en dépit de son implication dans l’affaire « Kamel le Boucher », le principal suspect dans le scandale de la cocaïne du port d’Oran.

Le nom de ce magistrat a été évoqué à maintes reprises lorsque les servies de la brigade de recherches de la Gendarmerie Nationale de Bab Jedid menaient leur enquête sur « Kamel le Boucher » en juin 2018. Mais Nacef Hocine est un proche et fidèle collaborateur de Fatiha Boukhers, l’épouse du général Belkecir, et présidente de la Cour de Tipaza. Cette derrière a insisté auprès de son mari pour qu’il assure une « immunité » à ce procureur général alors que d’autres magistrats ayant collaboré avec « Kamel le Boucher » en touchant des pots-de-vin pour lui faciliter ses affaires juteuses ont été arrêtés et transférées à la prison d’El-Harrach.

Le général Ghali Belkecir a exaucé le vœu de son épouse en retirant le nom de Nacef Hocine du dossier compromettant de « Kamel le Boucher » qui aurait pu lui causer de très « sérieux ennuis ». Et depuis cette affaire, Fatiha Boukhers a installé Nacef Hocine comme procureur général à la Cour de Tipaza à la date du 19/07/2018. Il est devenu ainsi l’homme fort de la Cour de Tipaza qui exécute le moindre caprice des Belkecir.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE