A la suite de notre article concernant les combines malhonnêtes de l’ex-ministre de la Justice, Tayeb Louh, et de son neveu, l’actuel Wali de Saïda, le promoteur immobilier originaire d’Oran Baba Boualem a pris attache avec notre rédaction pour apporter de nombreuses précisions concernant une affaire de magistrats de la Cour d’Oran sanctionnés pour leur implication dans plusieurs malversations financières. 
« Je vous affirme et confirme que je n’ai aucune espèce de relation ni connaissance avec Mr TAYEB LOUH ex ministre de la justice, encore moins avec ses proches », a expliqué à Algérie Part Baba Boualem d’après lequel il avait uniquement entrepris des démarches pour saisir l’inspection générale du ministère la justice « pour faire valoir mes droits suite au rejet de ma plainte au niveau de la chambre n° 09 du tribunal d’Oran où le magistrat Mr NEGADI était juge d’instruction », relate notre interlocuteur dans une déclaration à Algérie Part.
« Faute de ne pas avoir pu satisfaire sa demande de transfert de logement de Sidi Bel Abbes à Oran, une inspection inopinée a été diligentée au niveau de la cours d’Oran pour plusieurs affaires qui n’ont aucune liens avec mon problème; une série de décisions a été prise à l’encontre de certains magistrats :
 – Le doyen des magistrat a été muté à REGGANE.
 – Le juge d’instruction de la 5 ème chambre – Suspendu puis radié
 – Le juge d’instruction de la 9 ème chambre : Mr NEGADI AEK, muté au tribunal de KERZAZ. Tous ces faits ont été rapportés par la presse de l’époque », précise encore notre interlocuteur selon lequel « la vérité » commentée dans notre précédent article concernant le rôle troublant de Tayeb Louh « est toute autre ».
« Pour être juste et équitable, il faut préciser qu’il ne s’agit pas d’un chèque sans provision, au contraire, il s’agit d’un chèque de huit années validé injustement et illégalement par la banque le CPA. Les faussaires de la banque ont été acquittés précipitamment par le juge d’instruction Monsieur NEGADI Abdelkader faute de ne pas pu satisfaire à ses exigences subjectives malhonnêtes. La chambre d’accusations a rejeté ses conclusions et a demandé la poursuite de l’enquête », dénonce le promoteur Baba Boualem qui ne manque pas de souligner enfin que « pour ce qui est de notre « respectueux » et « honnête » magistrat NEGADI AEK, il se met dans une posture victimaire dans le sens de  » DRABNI OU BKA OUA SBAKNI OUA CHKA ».

LAISSER UN COMMENTAIRE