Le PDG de Total Patrick Pouyanné a vanté mercredi une acquisition des actifs africains du groupe américain Anadarko au coeur de sa stratégie et s’est dit confiant de trouver un accord avec les autorités algériennes.

« Les actifs d’Anadarko (…) sont en plein au coeur de cette stratégie de croissance prioritaire sur nos forces: l’Afrique et le GNL au Mozambique, l’Afrique et le deep offshore au Ghana et en Afrique du sud, et enfin l’Algérie conforte notre position dans la zone Moyen-Orient/Afrique du nord », a-t-il dit lors de l’assemblée générale des actionnaires.

« Ils vont conforter notre place de major leader sur ce continent africain au très fort potentiel, de numéro deux mondial de l’industrie du gaz naturel liquéfié », a poursuivi Patrick Pouyanné.

Total avait annoncé début mai un accord avec Occidental Petroleum en vue de racheter pour 8,8 milliards de dollars (7,8 milliards d’euros) les actifs d’Anadarko en Algérie, au Ghana, au Mozambique et en Afrique du Sud.

Cette opération est encore soumise à la finalisation du rachat d’Anadarko par Occidental Petroleum.

En Algérie, le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, cité par l’agence officielle APS, a fait savoir que la compagnie publique Sonatrach userait des moyens à sa disposition pour « préserver ses intérêts » dans le cadre de cette transaction.

« Il ne faut pas s’inquiéter outre mesure » de la situation en Algérie, a répondu Patrick Pouyanné à un actionnaire qui l’interrogeait sur ce point. « Il est normal que les autorités de chaque pays producteur souhaitent avoir un dialogue avec leurs principaux partenaires, Total est un partenaire de l’Algérie et donc c’est dans ce cadre là que nous allons avoir ce dialogue très prochainement avec les autorités », a-t-il expliqué.

Il a par ailleurs été interpellé par une représentante de l’ONG Les Amis de la Terre au Mozambique sur les « violations massives des droits humains » et l’augmentation des gaz à effet de serre liées au projet de GNL dans ce pays.

« Bien évidemment nous appliquerons et nous mettrons en oeuvre l’ensemble des politiques du groupe qui sont notamment en matière de droits de l’homme », a assuré M. Pouyanné.

Sur le question climatique, il s’est en revanche dit en « profond désaccord » avec l’ONG de défense de l’environnement. « Nous arriverons à nous mettre sur une trajectoire (d’augmentation des températures limitée à) 2 degrés si notamment nous pouvons substituer au charbon, qui aujourd’hui représente près de 30% de l’énergie primaire mondiale, du gaz naturel », a fait valoir le PDG de Total.

Source : AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE