Le docteur Kamel Eddine Fekhar, militant des Droits de l’Homme et des Mzab, est décédé à l’hôpital Franz Fanon de Blida, où il a été transféré la veille de Ghardaia. Il a déclenché une grève de la faim à partir de sa prison pour protester contre l’acharnement judiciaire à son encontre et l’arbitraire visant les militants Mzab.

Il passait ces dernières années plus de temps en prison que parmi sa famille. Il a été libéré la dernière fois après plus de deux ans d’incarcération pour être arrêté le 31 mars dernier de nouveau. Détenu à la prison de Ghardaia dans des conditions insupportables conjuguées à l’humiliation quotidienne. La grève de la faim était son ultime combat pour dénoncer l’injustice, la forfaiture d’un système installé par l’ancien ministre de la justice et exécuté par le procureur de Ghardaia. On n’entendra désormais plus les cris de colère de Kamel, le militant infatigable. Que sa mort ne soit pas vaine et permettra que la voix des opprimés soit entendue. Ils l’ont laissé mourir comme auparavant le journaliste Mohamed Talmat.

Adieu combattant

Par Youcef Rezzoug, ancien journaliste du Matin 

LAISSER UN COMMENTAIRE