Décidément, la filière automobile du montage des véhicules neufs est fortement ébranlée par les enquêtes en cours des services de sécurité concernant les faits de corruption et des affaires de dilapidation des deniers publics ayant entaché le règne des Bouteflika au cours de ces dernières années. Preuve en est, les frères Arbaoui, propriétaires de la société GLOVIZ qui s’occupe du montage et assemblage des véhicules de la marque sud-coréenne KIA au niveau d’une usine située à Batna sont sous enquête dans une affaire de pots-de-vin impliquant également l’ancien ministre de l’Industrie, Abdesslam Bouchouareb.

D’après nos sources, les Arbaoui et à leur tête Hacène Arbaoui, patron du groupe Global Motors Industrie auquel est affilié l’usine KIA Algérie, sont interdits de quitter le territoire national et les services de sécurité ont réclamé le gel de plusieurs de leurs comptes bancaires au niveau des établissements financiers algériens.

Hacène Arbaoui et ses frères sont soupçonnés d’avoir payé des pots-de-vin à Abdesslam Bouchouareb en 2015/2016 pour pouvoir obtenir l’autorisation nécessaire au lancement du projet de l’usine de montage des véhicules de la marque sud-coréenne KIA Algérie.

Il est à souligner que Global Motors Industrie fait aussi dans le montage de camions et de bus de l’autre grande marque sud-coréenne Hyundai. Algérie Part avait publié auparavant une enquête appuyée par des documents concernant la prise contrôle de KIA Algérie par les Arbaoui dans des conditions plus que troublantes alors que cette marque sud-coréenne appartenait depuis des années à la famille Achaïbou. 

LAISSER UN COMMENTAIRE